13 Septembre 2018

Congo-Kinshasa: La redistribution des revenus miniers pose problème

Photo: Radio Okapi
Joseph Kabila, Président de la République Démocratique du Congo

À la 3ème conférence internationale des mines à Kolwezi, le président Kabila a exigé l'application du nouveau code minier. La RDC est réputée pour la mauvaise gestion de ses ressources minières pourtant immenses.

Le président Joseph Kabila a lancé les travaux de cette rencontre qui met l'accent sur l'exploitation du cobalt dont la République démocratique du Congo détient 40% des réserves mondiales. Il a dans son message

Malgré ces ressources minières, les populations restent pauvres. Egalement le mode d'extraction du cobalt en RDC, nécessaire à la fabrication des batteries et des téléphones portables, est pointé du doigt. Et pour cause: des mineurs y compris des femmes et des enfants sont exploités dans des mines à ciel ouvert et exposés à toutes sortes de maladies... dans l'indifférence quasi générale.

Selon les statistiques portant l'exploitation mondiale du cobalt, la République démocratique du Congo (RDC) produit à elle seule 63% de ce minerai. La RDC est ainsi le premier producteur et exportateur mondial du métal vert indispensable aux secteurs tels que l'automobile électrique et les technologies de pointe.

RDC, leader mondial du colbat

Avec le cobalt, le Congo s'impose sans aucun doute comme un pays stratégique dans l'approvisionnement de l'industrie mondiale. En revanche, les Congolais profitent très peu des revenus issus de l'exploitation de ce minerai.

Depuis un peu plus de 15 ans, la Gécamines, la Générale des carrières et des mines du Congo, est à l'agonie. La plupart des carrières ont été cédées à des firmes étrangères et le reste est toujours exploité de façon artisanale comme à Kipushi, une cité minière non loin de Lubumbashi, devenue la cité des déshérités, explique l'un des responsables des mineurs qui s'est confié à la DW.

"Ici c'est la souffrance. On ne gagne presque rien. C'est à cause de la faillite de la Gécamines que nous-mêmes, avec nos femmes et nos enfants, nous sommes dans cette carrière. Kipushi est par terre. Nous enterrons chaque semaine nos parents et des anciens agents Gécamines. Nous sommes exposés, c'est vrai, aux maladies, parce que nous n'avons pas d'équipements appropriés. Mais si nous ne le faisons pas, nous mourrons de faim. On ne sait même pas cultiver faute de semences et d'intrants. A Kipushi, tout est mort à cause de la Gécamines."

La veille de la conférence internationale des mines de Kolwezi, les organisations de la société civile congolaise ont publié une évaluation des décisions prises lors de la précédente édition, qui s'est tenue à Goma.

Problème de redistribution

Cette évaluation basée sur la législation minière en vigueur en RDC a fait ressortir un déficit chronique de la redistribution équitable des ressources au profit des communautés locales alimentant des conflits d'intérêts, voire des conflits armés. Alexis Muhima Shinja, membre de l'Observateur de la société civile pour les minerais de paix à Goma prend part à la conférence sur les mines à Kolwezi.

" Il y a des avancées significatives comme l'adoption du nouveau code et le règlement minier. Mais il reste beaucoup à faire pour que l'exploitation ait un impact sur la vie des communautés"

Les différentes plateformes des organisations congolaises impliquées dans le suivi et le contrôle de la bonne gouvernance du secteur extractif en République démocratique du Congo fondent leur espoir sur le fait que la 3e conférence permette de lutter contre la corruption dans le secteur pour une meilleure redistribution des revenus du cobalt.

En savoir plus

Conférence minière de Kolwezi - La société civile suspend sa participation

Venus de Kinshasa, Lualaba, Sud et Nord-Kivu, Maniema, du Kasaï Oriental ainsi que du Haut Katanga, des membres de… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.