Algérie: Mort de Maurice Audin - Comment Macron en est arrivé au mea culpa de la France

Photo: La Presse
Le président Béji Caïd Essebsi en compagnie du président français Emmanuel Macron.

Cela faisait 61 ans que la famille Audin attendait la fin d'un mensonge d'Etat et la reconnaissance que Maurice Audin, assistant de mathématiques à la faculté d'Alger, militant du parti communiste algérien et en faveur de l'indépendance avait été torturé et tué après son arrestation par des parachutistes le 11 juin 1957. « J'ai le devoir de déplier cette histoire » a dit Emmanuel Macron à Josette Audin jeudi à son domicile. Comment le président français en est-il arrivé à cette reconnaissance et à ouvrir les archives pour tous les disparus de la guerre d'Algérie ?

Cela fait déjà plus d'un an qu'Emmanuel Macron a dit à la veuve Audin que son mari avait été torturé et assassiné pendant sa détention. La famille a alors émis le souhait que cette demande devienne la version officielle. Ce qui a été fait jeudi.

« Parce que la République était très loin derrière la vérité établie par tous ceux qui avaient travaillé sur le sujet » assure-t-on dans l'entourage du président. Il y avait urgence au vu de l'âge de la veuve du militant communiste et de son état de santé.

En février 2018, le travail concret a commencé pour aller au-delà du cas de Maurice Audin. Des réunions ont été organisées avec des historiens de la période coloniale et des archivistes. C'est là que l'idée d'ouvrir les archives sur tous les disparus de la guerre d'Algérie est née.

Pourquoi Emmanuel Macron est-il allé plus loin que ses prédécesseurs ? A l'Elysée, on met en avant sa formation intellectuelle. Il a travaillé sur les traumatismes de la mémoire pendant ses études. On évoque aussi sa génération et son âge. Il n'a pas d'histoire personnelle liée à la guerre d'Algérie, il n'a hérité ni de la prudence de ses aînés ni des interdits qu'ils ont portés sur le sujet. Il l'avait déjà démontré en février 2017 en qualifiant la colonisation de l'Algérie de « crime contre l'humanité ».

Et s'il a choisi de ne pas faire de déclaration publique, c'est pour ne pas instrumentaliser un combat familial, sa volonté était de mettre la famille au coeur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.