15 Septembre 2018

Cote d'Ivoire: Protection de la couche d'ozone - Le gouvernement ivoirien présente les efforts consentis

La Côte d'Ivoire va célébrer le dimanche 16 septembre 2018 à l'instar de la Communauté Internationale la Journée Internationale de la Protection de la Couche d'ozone qui a pour thème « Gardons la tête froide et poursuivons nos efforts ». Joseph Séka Séka, ministre de l'Environnement et du Développement Durable dans la déclaration du Gouvernement présente les avancées enregistrées. Ci-dessous de larges extraits.

« Pour comprendre ce thème retenu, il convient de rappeler que depuis plus d'un quart de siècle, l'un des plus grands défis posés à l'humanité est l'appauvrissement de la couche d'ozone qui protège la vie sur terre des rayons ultraviolets nocifs émis par le soleil. Si en plus, cette couche venait à disparaître, les rayons ultraviolets du soleil stériliseraient la surface de la terre, anéantissant toute vie présente et future.

Fort heureusement, face à cette catastrophe planétaire prévisible, la réaction a été internationale. En effet, sous les auspices de l'ONU-Environnement, a été adopté en 1987 le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone pour apporter une solution adaptée et efficace.

En terme de résultats concrets obtenus : plus de 98 pour cent des substances appauvrissant la couche d'ozone sont déjà éliminées et le trou dans la couche d'ozone a diminué d'une superficie équivalente à celle de l'Inde empêchant ainsi des dommages massifs à la santé humaine et à l'environnement en général des rayons ultraviolets du soleil. De plus, précisent les Scientifiques, jusqu'à 20 millions de cas de cancer de la peau et de la cataracte sont évités tous les ans.

Par ailleurs, le Protocole de Montréal est également l'un des principaux contributeurs à la lutte contre le changement climatique, car il a permis d'éviter plus de 135 milliards de tonnes d'émission équivalentes de dioxyde de carbone de 1990 à 2010.

Sur le plan national, les activités d'élimination des substances qui appauvrissent la couche d'ozone (SAO) consommées en Côte d'Ivoire, conduites par le Bureau Ozone et sous l'autorité du Ministère de l'Environnement et du Développement Durable ont été un véritable succès. Pour preuves les substances appelées Chlorofluorocarbones (CFC) et communément connues sous le nom de fréons en Côte d'Ivoire et utilisées dans la production du froid, la fabrication de la mousse et les aérosols ont été éliminées depuis le 1er janvier 2010, les halons pour l'extinction des incendies en 2005 et surtout le bromure de méthyle pour le traitement du cacao stocké avant exportation en 2015.

Ces résultats ont pu être atteints grâce à l'appui financier et technologique du Fonds Multilatéral de Montréal et à l'assistance de l'ONU-Environnement et l'ONUDI comme Agence d'exécution. Le Gouvernement de la Côte d'Ivoire tient ici et par ma voix à les remercier officiellement.

Par ailleurs, il est heureux de vous annoncer avec fierté que le succès enregistré par notre pays dans son effort de protection de la Couche d'Ozone lui a valu deux distinctions en 2012 et 2013 par l'ONU - Environnement.

C'est donc le lieu de réaffirmer que le Gouvernement est déterminé à poursuivre ses efforts sans relâche ».

Cote d'Ivoire

Elections - Le PDCI dénonce un «braquage électoral»

En Côte d'Ivoire, après les élections de samedi, l'heure est aux recours devant la Cour… Plus »

Copyright © 2018 L'Intelligent d'Abidjan. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.