Egypte: Les deux fils de l'ex-président Moubarak en prison pour délit d'initiés

En Egypte, la cour d'assises du Caire a ordonné ce 15 septembre la mise en détention préventive des deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Avec des hommes d'affaires et des fonctionnaires, ils sont accusés de délit d'initiés qui leur aurait permis de gagner en 2010 l'équivalent de 100 millions d'euros dans des opérations boursières.

L'affaire a éclaté au grand jour après le soulèvement de janvier 2011 contre l'ex-président égyptien Hosni Moubarak. Son fils Gamal et son frère Alaa ont été déférés devant la cour d'assises du Caire, la capitale, pour délit d'initiés dans la vente en bourse de la banque Al Watany. Ils auraient acquis des actions de la banque avant sa privatisation à travers des sociétés-écrans basées à Chypre.

Placés en détention préventive, ils ont été relaxés par le tribunal en 2013 mais sont restés en prison jusqu'en 2015 à cause d'une autre affaire de corruption. Ce 15 septembre, après lecture du rapport d'experts sur l'affaire, le juge a ordonné la mise en détention préventive des accusés pour éviter qu'ils puissent faire disparaitre des preuves.

En 2010, Gamal Moubarak était considéré comme le successeur à son père à la tête de l'Etat. Ce projet déplaisait clairement à l'opinion publique ainsi qu'à l'armée, qui elle, restait discrète.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.