Guinée Equatoriale: Gros scandale et sulfureux incident diplomatique avec le Brésil

Photo: LePays
Téodorin Obiang

Ce qui aurait été qualifié d'un coup de filet spectaculaire des douaniers brésiliens tourne au scandale et à l'incident diplomatique.

En effet, les bagages du Vice-President de la Guinée Équatoriale Teodoro Nguema Obiang ont été fouillés à l'aéroport de Sao Paulo au Brésil.

Selon la chaîne brésilienne TV Globo, la délégation n'étant pas en mission officielle, seul M. Teodoro Nguema Obiang bénéficiait d'immunité diplomatique en sa qualité de Vice -President de la République de la Guinée Équatoriale. Les autres membres ont vu leurs bagages fouillés par la douane brésilienne et ont répondu à un interrogatoire, pendant que le vice-président les attendait dans une voiture, à côté de l'aéroport.

Argent liquide d'un montant 1,5 million de dollar saisi

La police fédérale brésilienne a saisi près de 1,5 million de dollars en espèces dans une valise et des montres de luxe d'une valeur estimée à 15 millions de dollars dans une autre appartenant au Vice-Président.

La Guinée Équatoriale a vivement protesté contre cette violation de la convention de vienne du 18 avril 1961 sur les Relations Internationales qui encadrent les immunités diplomatiques aux personnalités détenteurs de passeports diplomatiques.

Teodorin Obiang Mangue Nguema, vice-président de la Guinée Equatoriale et fils de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, au pouvoir depuis 38 ans, faisait partie de la délégation de 11 personnes arrivée vendredi à bord d'un avion privé à l'aéroport de Viracapos, près de Sao Paulo. En transit, il devrait continuer selon nos sources à Singapour pour effectuer un bilan médical .

Cette situation qualifiée d'incident et de scandale diplomatique par l'ambassadeur de la Guinée Équatoriale en poste au Brésil arrivé illico presto a vivement protesté contre le traitement inamissible et inamical subit par le Vice-président dont les affaires ont été fouillées. La délégation a passé 4heures d'interrogatoire avant d'être libérée.

Selon une source diplomatique équato-guinéenne citée par le journal Estado de Sao Paulo, M. Obiang a amené cette grande quantité d'espèces pour payer un traitement médical qu'il devait suivre. Les montres seraient pour un usage personnel car ses initiales y sont gravées dessus argue le diplomate Équato-guinéen.

Protestant contre ce traitement, le Vice-President Equato-Guinéen et sa délégation ont repris l'avion pour Malabo où ils ont atterri aux environs de 18h .

Le ministre Equato Guinéen des Affaires Étrangères a rendu publique une note verbale de protestation adressée aux autorités brésiliennes et a exigé du Brésil des excuses dans le cadre des coutumes diplomatiques et le traitement diplomatique de cet incident, car les deux pays entretiennent des bonnes relations .

Du côté de Malabo on hésite pas de parler d'un coup monté .

L'ambassadeur du Brésil à Malabo est convoqué pour protestation demain selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, au ministère des Affaires Étrangères de la Guinée Équatoriale. S'enchaîne un véritable dialogue sourd. Puisque les douaniers brésiliens soutiennent que la délégation n'a rien déclaré, ce qui explique cette fouille que conteste Malabo qui parle de zèle notoire de Sao Paulo.

Aux dernières nouvelles, Confidentiel Afrique a appris de sources bien informées, que le Brésil a immédiatement adressé un message aux autorités Équato-guinéennes, pour régler l'incident à travers une note verbale, que nous publions en exclusivité ci-dessous.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.