17 Septembre 2018

Maroc: Nouvelle édition du Festival "Patrimoine et musiques du monde" à Essaouira

Le rideau a été levé vendredi à "Dar Souiri"

Le rideau a été levé, vendredi soir à l'espace culturel emblématique "Dar Souiri" à Essaouira, sur la deuxième édition du Festival "Patrimoine et musiques du monde", par l'organisation d'une série d'activités artistiques et culturelles alléchantes et riches en couleurs. Initié par l'Association "Tarabout", en partenariat avec la délégation provinciale de la Culture et l'Association Essaouira-Mogador, ce festival de trois jours se propose de mettre en lumière la richesse et la diversité du patrimoine national, avec un focus sur la singularité de la cité des alizés en tant qu'espace de diversité et de pluralité culturelle et artistique.

Dans une ambiance festive et bon enfant, le public présent a été convié à apprécier un florilège de chansons interprétées, avec brio et à la manière des grands, par la formation musicale souirie "El Kindi Al Maghribiya", occasion d'emmener les aficionados de la bonne et originale musique dans un long périple, à travers la richesse et la singularité de la musique arabe classique et de la musique marocaine.

Auparavant, l'assistance parmi les habitants et les visiteurs de la cité des alizés a eu la chance de renouer avec l'un des genres musicaux ancestraux du Maroc profond, à travers un spectacle hallucinant offert majestueusement par la troupe locale d'Ahouach de Haha.

Grâce aux rythmes et danses synchronisés, mêlés aux chants d'autrefois, les artistes présents ont enchanté le public, lui permettant ainsi un véritable retour aux origines, le temps de découvrir la magie, la singularité et la profondeur de ce style musical.

Afin de joindre l'utile à l'agréable, les festivaliers ont été au rendez-vous également avec une séance de lectures poétiques, animés par des poètes et poétesses natifs d'Essaouira, ou la signature d'un recueil de la poésie "Zajal", intitulé "R'dit" (j'ai accepté), de son auteure Aicha Lacheheb. Les festivaliers ont été invités aussi au vernissage d'une exposition de toiles confectionnées par les artistes peintres, Jalil Khttab, Ayman Laarifa et Kawtar Rmaych, et qui reflètent plusieurs styles de l'art plastique, allant du réalisme à l'impressionnisme, en passant par le symbolisme et l'abstrait pour arriver, in fine, à mettre en valeur la calligraphie arabe.

En prélude à ce festival, il a été procédé vendredi matin à l'organisation au musée Sidi Mohammed Ben Abdallah, d'une conférence thématique autour de la question "De la culture populaire au patrimoine immatériel", avec la participation de chercheurs et acteurs locaux. Ce festival s'inscrit dans le cadre des efforts consentis par plusieurs acteurs en vue de la préservation, la valorisation et la revivification du patrimoine, a confié à la MAP, Abdelfettah Douja, responsable de la communication à l'Association Tarabout, notant que le choix a été porté, cette année, sur des talents et artistes locaux et ce, dans le but de mettre en relief la richesse et la diversité dont regorge Essaouira dans les domaines de la culture, du patrimoine et des arts. "Nous avons ciblé des troupes musicales locales et des artistes souiris dans le cadre de notre nouvelle vision visant à faire revivre et promouvoir le patrimoine de cette cité emblématique et symbole de la diversité et du pluralisme", a-t-il dit, émettant le voeu de voir ce festival se développer et grandir de manière rationnelle et pensée, pour s'ériger en rendez-vous annuel incontournable.

Au nom de l'Association Essaouira- Mogador, Ahmed Harrouz a relevé que ce festival est une réussite pour la ville d'Essaouira et ce, grâce à l'excellente organisation et à l'engagement de plusieurs partenaires. "Il s'agit d'un festival qui met en valeur la question du patrimoine, comment peut-on partir de la culture orale et populaire, au gain et à la considération de ce qu'on appelle patrimoine", a expliqué M. Harrouz.

« Cet événement qui vient s'ajouter à d'autres festivals qu'abrite annuellement la cité des alizés, s'intègre parfaitement dans notre devise locale, que nous partageons tous, à savoir : travailler et faire connaître la ville, agir en faveur de sa dynamique socioéconomique en passant par la culture et en utilisant les acquis de celle-ci mais aussi, en favorisant à travers autrui, la question de l'échange interculturel», s'est félicité M. Harrouz.

Au menu de ce Festival figure une exposition d'oeuvres littéraires, des concours littéraires au profit des élèves, un atelier thématique sur "Le patrimoine, la communication interpersonnelle et personnalité", une compétition de sculpture sur sable à la plage d'Essaouira et une journée dédiée au sport.

Côté musical et artistique, le public aura à apprécier des spectacles inédits, présentés par les troupes de Aissawa, Hmadcha, Mâalem Najib Soudani, le groupe Marssa Band et Al Kindi Al- Maghribiya en fusion avec l'artiste Jean Noél.

Maroc

La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite avec le soutien de la Bourse de Casablanca

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM-Abidjan) a lancé récemment la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.