16 Septembre 2018

Congo-Kinshasa: Verdict attendu de Bemba et menace de retrait de Kinshasa de la CPI

La République démocratique du Congo (RDC) retient son souffle. C'est en principe, ce lundi 17 septembre, que la Cour pénale internationale (CPI) va donner son verdict dans le dossier de subornation de témoins concernant l'ancien vice-président de la RDC, Jean Pierre Bemba. Si l'attente de cette décision préoccupe tout naturellement le mis en cause, elle semble aussi préoccuper, curieusement, le pouvoir congolais.

En effet, le samedi 15 septembre dernier, le gouvernement congolais, à travers un communiqué signé du ministère des Affaires étrangères, faisait savoir que « plusieurs indices concordants, en sa possession, indiquent que certains gouvernements exerceraient des pressions sur les juges de la CPI ». Et en lisant entre les lignes dudit communiqué, il apparaît très clairement que le régime congolais redoute assez fort un acquittement de Jean Pierre Bemba. Ce qui va relancer le débat sur sa candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain d'autant que la Commission électorale et la Cour constitutionnelle ont rejeté la candidature de cet opposant farouche au président Joseph Kabila en se fondant sur cette condamnation de la CPI.

Kabila est train de faire feu de tout bois pour transmettre le pouvoir à son dauphin

Quand on sait que la galaxie Kabila est à la manœuvre pour empêcher le leader du Mouvement de libération du Congo (MLC) d'aller à la conquête du fauteuil présidentiel, la menace de Kinshasa de se retirer de la CPI, apparaît comme une panique qui s'est emparée de la "kabilie". C'est dire si le gouvernement congolais aura l'oreille bien tendue, aujourd'hui, du côté de La Haye, siège de la CPI.

Cela dit, c'est tout de même curieux que le régime congolais qui a applaudi des deux mains l'arrestation et l'inculpation de Jean Pierre Bemba en son temps, et qui a aussi contribué à la poursuite par la CPI, de Germain Katanga et Thomas Lubanga, pour ne citer que ces deux, se retrouve aujourd'hui à remettre en cause la crédibilité de cette Cour. On le sait, si Jean Pierre Bemba réussit à se mettre dans les starting-blocks pour la course présidentielle, s'il venait à être acquitté, tout porte à croire qu'il sera le super favori. Alors que le président Kabila est train de faire feu de tout bois pour transmettre le pouvoir à son dauphin, Emmanuel Ramazani Shadary. Et pour une assurance sans risques, il s'emploie à tout pour exclure les poids lourds comme Bemba et Moïse Katumbi. Et ce, à travers des artifices juridiques. C'est dire que même si la décision de la CPI est en faveur de Jean Pierre Bemba, le plus dur pour lui sera de déjouer le plan d'exclusion bien élaboré par le régime en place.

Congo-Kinshasa

A deux mois des élections, le travail de titan de la Céni

La Céni s'est engagée dans une véritable course contre la montre pour livrer dans les délais… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.