17 Septembre 2018

Nigeria: La Présidence veut que le géant bancaire HSBC restitue les biens volés du pays

L'appel de la Présidence s'inscrit dans le contexte de la récente déclaration de HSBC, la banque sino-britannique, selon laquelle le deuxième mandat du président Muhammad Buhari serait synonyme de malheur et de ralentissement dans l'économie nigériane.

«La présidence souhaite faire clairement comprendre à tous les nigérians, et en particulier au géant bancaire HSBC, qui a déclaré que le second mandat du Président Muhammad Buhari paralyserait l'économie, que ce qui a tué l'économie du Nigéria dans le passé était le pillage débridé des ressources de l'Etat par les dirigeants, le type de pillage qui était activement soutenu par HSBC », a déclaré la Présidence.

Le gouvernement corse l'opération anti-corruption

Une déclaration signée samedi dernier par l'adjoint spécial chargé des médias et de la publicité, Garba Shehu, qui a martelé qu'<

« Nous leur demandons plutôt de tenir compte du refrain constant du président Buhari : rendez-nous nos biens et puis regardez comment nous allons nous en sortir ».

100 millions de dollars blanchis par les anciens dignitaires

« Selon les informations dont disposent nos services d'enquêtes, l'attitude de HSBC à l'égard du Président Buhari n'est d'autre qu'une expression de frustration face aux mesures mises en place par l'administration qui a aboli la grande corruption dont se nourrit cette banque dans de nombreux pays.

« Ils peuvent aussi se contenter de discréditer le Président par crainte de sanctions et d'amendes suite au vol des biens nationaux.

« Avec l'arrivée du président Buhari, ce n'est pas un secret pour personne que la corruption, les individus corrompus, les banques et autres sociétés qui ont aidé à la corruption font l'objet d'enquête pour diverses infractions.

« Pour beaucoup d'entre eux, y compris leurs amis dans les médias, ils préféreraient que le président Buhari se retire, pour que les affaires reprennent.

« Nos agences d'enquête estiment que HSBC a blanchi plus de 100 000 000 USD pour le regretté général Sani Abacha à Jersey, Paris, Londres et Genève.

« Parmi ces comptes figurent: CA: S-104460 HSBC Fund Admin Ltd. Jersey (12 000 000 $); AC 37060762 HSBC Life (Europe), Royaume-Uni (20 000 000 $) et AC: 38175076 HSBC Bank Plc. U.K (1 600 000 $).

« La banque est également soupçonnée d'avoir blanchi le produit de la corruption impliquant plus de 50 autres Nigérians, y compris un sénateur en exercice, comme indiqué précédemment.

« Dans un livre, » Secrecy World: Inside the Panama Papers Investigation « , publié en 2017, Jack Bernstein a raconté l'histoire du blanchiment d'argent à l'échelle mondiale, en soulignant la place peu enviable de la HSBC.

« Il s'agit d'une banque que les États et les autorités fédérales des États-Unis ont été forcés de payer 1,92 milliard de dollars pour régler des accusations de blanchiment d'argent ; une amende de 1,2 milliard de dollars à Hong Kong pour des « déficiences systémiques » dans les ventes d'obligations et a été obligée de payer 100 millions de dollars en règlement de truquage de devises, comme l'a rapporté le Telegraph du 18 janvier 2018.

Nigeria

Disparu depuis 1 an, l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu réapparaît

Un an après sa disparition au Nigeria, le dirigeant indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu aurait-il refait… Plus »

Copyright © 2018 Confidentiel Afrique. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.