17 Septembre 2018

Congo-Kinshasa: Affaire subornation des témoins - Jean-Pierre Bemba condamné à douze mois de prison

Photo: CPI
(archive) - Jean-Pierre Bemba, lors de l'ouverture de son procès pour subordination de témoins le 29 septembre 2015 à la CPI

La Chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) a confirmé, ce 17 septembre, la peine infligée au leader du Mouvement de libération du Congo (MLC) telle que prononcée en mars dernier en première instance.

La messe est dite pour le sénateur Jean-Pierre Bemba. Les derniers espoirs d'être repêché par la Cour constitutionnelle qui avait invalidé sa candidature à la présidentielle viennent d'être balayés par le verdict de la CPI prononcé à son encontre, dans l'affaire pour laquelle il était poursuivi, à savoir la subornation des témoins. Tous les partisans du leader du MLC avaient les yeux tournés vers la Haye, précisément au niveau de la Chambre d'appel qui devait statuer sur le cas de leur leader. Alors qu'ils s'attendaient à une annulation de la peine de Jean-Pierre Bemba, ce qui allait donner la possibilité à leur leader de rebondir au niveau de la Cour constitutionnelle dans l'optique d'une reconsidération de sa candidature à la présidentielle, ils ont vite déchanté. Le verdict a été en deçà de leurs espérances.

En effet, la Chambre d'appel de la CPI a confirmé la condamnation de l'ex-chef de guerre et homme politique congolais pour « subornation de témoins » telle que prononcée en mars dernier en première instance. Plus exactement, Jean-Pierre Bemba Gombo est condamné à une amende de trois cent mille euros et à une peine de douze mois de prison. Mais cette peine a été réduite à zéro en raison du temps déjà écoulé.

Pour le contexte, Jean-Pierre Bemba avait été reconnu coupable d'avoir corrompu quatorze témoins, présenté de fausses preuves et sollicité la déclaration de faux témoignages. Il avait alors écopé pour cela d'un an de prison et de trois cent mille euros d'amende. Sa défense avait alors attaqué ce verdict devant la Chambre d'appel. Avec ce dernier développement, la CPI vient de balayer l'argumentaire de la défense soutenant que la subornation des témoins n'avait rien à voir avec la corruption et que la loi électorale excluait uniquement ceux qui sont condamnés de manière irrévocable pour fait de corruption. Une désillusion pour la défense qui plaidait la relaxe, en arguant de son acquittement spectaculaire en juin dernier.

En savoir plus

Présidentielle 2018 - Bemba, c'est fini !

La Cour Pénale Internationale a fixé la peine maximale de Jean- Bemba à 12 mois de prison ferme et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.