17 Septembre 2018

Niger: Hausse des prix au Niger après l'effondrement du pont de Malanville

À Niamey, les habitants doivent faire face à la hausse des prix des produits de consommation après l'effondrement du pont au Bénin le 5 septembre. Des hausses injustifiées pour les associations.

Au Niger, l'effondrement du pont de Malanville le 5 septembre dernier, principal corridor de ravitaillement du pays via le port de Cotonou au Bénin, crée la panique. Les consommateurs dénoncent une spéculation sur les prix de certains produits de consommation.

Moins de deux semaines seulement après la rupture d'une partie du pont, principal corridor de passage de camions de transport de marchandises vers le Niger, la spéculation gagne du terrain à Niamey. Fanta Sangare vient de constater que le prix du sac de riz de 25 kg a connu une hausse. "J'ai l'habitude d'acheter le sac de riz à 9.000Fcfa et maintenant cela coûte 10.000Fcfa !", constate-t-elle. "J'ai demandé pourquoi une forte augmentation en un rien de temps, on me dit que c'est à cause de l'effondrement du pont de Malanville, alors il n y a même pas un mois que le pont s'est effondré. Donc je n'arrive pas à comprendre pourquoi cette augmentation".

Hausse injustifiée ?

Les organisations des consommateurs dénoncent cette hausse des prix des produits de consommation sur le marché. Une hausse qui ne s'explique pas selon Mamane Nouri, président de l'Association de Défense des Droits de Consommateurs, ADDC WADATA. "Quand on connait le stock disponible sur le marché, lier la hausse des prix des produits de consommation à la rupture du pont de Malanville, moi je crois que ce n'est pas raisonnable". Pour lui cette situation annoncerait une hausse plus générale des prix.

Pour les commerçants, le pire est craindre si la situation perdure. "On peut être craindre une rupture d'approvisionnement, on peut également sans risque de me tromper, parler d'une pénurie si la situation perdure et on peut également supporter des frais additionnels bien sûr aussi si la situation perdure, parce que il y aura des frais de sur extra, des frais de gardiennage que les marchandises vont supporter et les transporteurs également vont augmenter le coût de transport", explique Chaibou Tchombiano, secrétaire général du Syndicat des Commerçants Importateurs, Exportateurs et Grossistes du Niger.

En attendant, la réhabilitation du pont de Malanville, les commerçants nigériens ont demandé au gouvernement de voir les possibilités avec le Burkina Faso, le Ghana et le Togo de contourner le corridor béninois car certains produits peuvent subir des dommages.

Niger

La communauté catholique prie pour le père Maccalli enlevé dans le pays

Les chrétiens du Niger ont observé trois jours de jeûne et de prière. Une mobilisation en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.