17 Septembre 2018

Congo-Kinshasa: Trop peu de prévention et de dispositifs contre Ebola à Bunia en RDC

Alors que l'épidémie a déjà fait 66 morts dans la région, les mesures de prévention semblent trop peu importantes à Bunia. Certains habitants ne cachent plus leurs inquiétudes sur place.

Le dernier bilan du ministère de la santé congolais concernant Ebola de ce dimanche 17 septembre fait état de 66 morts et de 38 guérissons au Nord Kivu et en Ituri. Deux nouveaux cas ont aussi été confirmés.

Mais alors que l'épidémie fait de nouvelles victimes dans cette province du Nord-Kivu, les habitants de Bunia, capitale de la province de l'Ituri voisine, semblent ignorer le risque que cette maladie présente pour eux. Les mesures de prévention y sont quasiment inexistantes, alors même que Bunia est proche de Beni et Butembo, où certains commerçants s'approvisionnent pour leur commerce.

Rien pour se laver les mains

En entrant dans la ville de Bunia, on pense en effet arriver dans une ville éloignée de l'épidémie d'Ebola. Pourtant celle-ci est bien présente à Mangina et Beni, deux villes peu éloignées et reliées par une route fréquentée. À l'entrée du marché central de Bunia, aucun lavabo n'est installé pour le lavage des mains, alors que ce marché est très fréquenté, notamment par les habitants de Beni en visite à Bunia.

Cette situation inquiète certains habitants de Bunia qui font souvent le déplacement de Beni et Butembo, où le virus d'Ebola tue encore. "À Bunia on ne voit pas d'eau pour se laver les mains. Il faut qu'on nous mette ces dispositifs partout", demande une femme. "Au Nord-Kivu les gens ne se serrent plus les mains, mais ici les gens se saluent en se serrant la main et c'est très dangereux. Avec ça beaucoup de gens peuvent être contaminés par Ebola", raconte un autre habitant.

Viande de brousse dangereuse

En période d'épidémie, la consommation de viande d'animaux sauvages est normalement interdite car certains animaux meurent d'Ebola en brousse et il est alors impossible de distinguer les animaux ramassés morts de ceux tués par les chasseurs. Mais à Bunia cette viande est encore consommée.

"Pourquoi avoir peur d'Ebola ?", demande une restauratrice qui vend encore cette viande. "Ebola est ailleurs et pas ici. Celle qui nous vend cette viande, son époux est lui même chasseur, elle ne peut en aucun cas nous amener la viande d'un animal mort en brousse parce qu'en manipulant l'animal elle risque aussi de mourir", assure-t-elle.

Quand aux clients du restaurant, ils ne semblent pas non plus très effrayés. "Je mange cette viande car c'est dans mes habitudes de la manger. C'est une viande qui a un bon goût", explique une cliente. "Nous savons qu'il y a l'épidémie Ebola qui règne dans la région bien-sûr, mais c'est un problème qui concerne plus les fournisseurs", ajoute un autre.

Des sources proches des services de l'hygiène et la quarantaine évoquent la formation d'agents qui seront déployés sur différents sites pour le lavage des mains, ainsi que le prélèvement de la température des passagers dans différents points d'entrée et de sortie de la ville de Bunia. Mais pour l'instant, rien de tout cela n'est encore visible sur place.

Congo-Kinshasa

Francophonie - Le lobbying rwandais a porté ses fruits sur le plan international

L'élection la semaine dernière de Mme Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.