18 Septembre 2018

Congo-Kinshasa: Machine à voter - Les suggestions des experts britanniques

Un énième signal négatif vient d'être émis au sujet de la machine à voter que tient absolument à utiliser la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) pour les élections présidentielle, législatives nationales et provinciales du 23 décembre 2018. provient d'experts britanniques appartenant à la fondation Westminster. En effet, ils ont émis des réserves sur la fiabilité de cette « imprimante » et fait quinze suggestions pertinentes avant sa mise en service.

On retient, pour l'essentiel, que cette fameuse machine à présente des risques évidents de non transparence du vote pour raisons à la fois techniques et politiques. Techniquement, le d'un électeur ou d'une électrice peut être faussé par le gestionnaire des programmes en amont ou l'agent de la CENI aval. « Politiquement », les données recueillies lors du vote être modifiées au niveau des centres de compilation.

S'agissant de l'usage de la machine à voter, il faudrait une formation et sérieuse formation aussi bien pour les électeurs que témoins des partis et regroupements politiques. Pour ce qui est de derniers, la surveillance optimale vote voudraient qu'ils soient milliers à positionner dans les différents bureaux de vote et de dépouillement, sur l'ensemble du territoire national. L' est visiblement impossible à travers un demi-continent où villes et villages souffrent d'un total enclavement.

Par conséquent, l'option la plus réaliste pour des réellement crédibles et transparentes serait le recours aux papiers, tel que consigné dans le calendrier électoral publié par CENI en date du 5 novembre 2017.

CI-DESSOUS LES RECOMMANDATIONS DE LA FONDATION WESTMINSTER SUR MACHINE A VOTER

1. désactiver les communications externes (carte sim et Wifi) jusqu' moment où celles-ci sont nécessaires;

2. recouvrir tous les ports externes (soit modifier les volets production, soit boucher les ports USB exposés);

3. limiter le nombre maximum de bulletins par machine à 660 empêcher un excès de vote;

4. supprimer la fonction d'impression de code QR;

5. veiller à ce que les bulletins de vote insérés de façon ne produisent pas de vote manuel invalide;

6. limiter les données sur l'USB à l'échelon provincial;

7. réviser le processus de confirmation du code pour éliminer fonction permettant d'enregistrer de vote lorsque l'électeur touche photo du candidat;

8. élaborer et diffuser les directives procédurales claires le rôle des machines à voter, en plus de protocole concernant maniement, configuration et administration;

9. réexaminer le processus de distribution pour réduire la période temps pendant laquelle la machine est sous la garde du personnel bureau de vote ;

10. inviter les représentants des partis politiques et observateurs centre de distribution;

11. impliquer les témoins des partis politiques et les dans le contrôle préalable;

12. préparer des plans opérationnels détaillés pour remplacer matériels et les disques externes;

13. organiser les simulations pour permettre aux personnels bureaux de vote d'acquérir de l'expérience dans l'utilisation machines;

14. se préparer aux files d'attente et s'engager à laisser voter électeurs encore dans la file d'attente à la clôture du scrutin;

15. créer un fichier long, distinct pour permettre un audit.

Le vice-président de la CENI, Norbert Bashengezi a indiqué que les machines à voter sont déjà produites et 95 000 ont déjà subi contrôle qualité par des experts de la CENI. Selon lui, la machine quittera Séoul (Corée du Sud) ce mardi 18 septembre. Au total, 106.000 machines sont prévues par la CENI pour les élections à la fin de cette année.

Congo-Kinshasa

Réfugiés congolais expulsés - Risque de crise humanitaire à la frontière angolaise

L'Angola a expulsé au moins 250 000 migrants congolais en situation irrégulière au cours des quinze… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.