19 Septembre 2018

Maroc: Trois réalisateurs marocains retirent leurs films du Festival de Haïfa

Un signe de solidarité manifeste avec le peuple palestinien

Les réalisateurs marocains n'ont pas envie de projeter leurs pellicules au Festival de Haïfa, en Israël. Un signe de solidarité manifeste avec le peuple palestinien et une forte dénonciation de l'oppression systématique pour anéantir un peuple et une culture.

Si la programmation du Festival du cinéma de Haïfa a annoncé la projection du film marocain « Razzia », son réalisateur Nabil Ayouch vient de confirmer le retrait de ce long-métrage, en raison de la politique répressive suivie par Israël contre le peuple palestinien.

Nabil Ayouch explique, dans ce contexte, que « depuis quelques années, la politique inhumaine vis-à-vis des Palestiniens que mène le gouvernement israélien, ainsi que ses alliances avec l'administration Trump et l'extrême droite européenne, condamne toute possibilité d'échanges, y compris culturels. »

Et de renchérir qu'il n'a à aucun moment été informé que « Razzia » avait été programmé audit festival, et que la programmation du film est due à un concessionnaire, qui avait eu les droits de « Razzia » à l'international, après les avoir achetés auprès du producteur.

« Je ne possède pas les droits de « Razzia» à l'international. Ils ont été cédés par le producteur, avant le tournage du film, à un vendeur international... et celui-ci est le seul habilité à vendre le film, le distribuer à l'international et dans les festivals, sans avoir à obtenir l'accord préalable du réalisateur », écrit Nabil Ayouch.

En revanche, dans le cas présent, Nabil Ayouch estime qu'il aurait dû être informé et en a fait part immédiatement au vendeur international qui a accepté de retirer le film du Festival de Haïfa.

Estimant qu'il n'est aucunement dans le besoin de justifier sa position, Nabil Ayouch dit avoir été toujours très clair dans ses engagements sur la question palestinienne depuis de nombreuses années. « Je n'ai nul besoin de me justifier sur ce point, mes prises de positions multiples, mes écrits, mon film « My Land ... sont là pour en témoigner », précise-t-il dans un communiqué envoyé à la presse.

Ceci dit, ce retrait ne veut pas automatiquement dire que Nabil Ayouch est pour le boycott culturel d'Israël, expliquant dans ce cadre que la culture pourrait constituer une passerelle vers l'entente et la paix. « Par ailleurs, j'ai toujours été contre toute forme de boycott culturel car je suis convaincu que les arts et la culture sont des armes puissantes pouvant apporter de véritables changements dans les consciences », écrit-il dans la même source.

Nabil Ayouch n'est pas le seul réalisateur à avoir retiré son film après sa sélection. Meryem Ben'mbarek, réalisatrice du film "Sofia", sélectionné également au Festival de Haïfa, a demandé le retrait de son film, aussitôt ayant été informée de cette sélection. "J'ai appris la sélection de mon film Sofia au Festival de Haïfa. J'en ai demandé le retrait. Ce sont des vendeurs internationaux qui se chargent de l'envoi des films en festivals, sans que le réalisateur soit impliqué dans ce choix ».

Pour ce qui est du film, la réalisatrice indique que « Sofia » est la voix de ceux qui n'ont plus de voix. Elle dénonce l'oppression et la domination du faible par le fort dans une société qui divise jusqu'au sein d'une même famille ».

Concernant le troisième film, "Apatride" de la scénariste marocaine Narjiss Nejjar, la productrice Mounia Chraibi a, elle aussi, confirmé avoir demandé le retrait du film et l'annulation de sa projection dans le cadre de la compétition.

Maroc

Lancement au Maroc du Camp Yalda i-Boot sous le thème : « L'Afrique à l'ère numérique : les jeunes rapprochent l'intégration physique grâce aux TIC »

Rabat (Maroc), 22 octobre 2018 : L’Alliance des Jeunes pour le Leadership et le Développement en Afrique… Plus »

Copyright © 2018 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.