18 Septembre 2018

Cote d'Ivoire: Banque mondiale - L'institution veut aider le pays à traduire les résultats macroéconomiques en croissance inclusive

A Abidjan depuis le 17 septembre, le vice-président a rendu visite, ce mardi 18 septembre au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui était accompagné des membres du gouvernement.

Le vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique, Hafez Ganem, a soutenu que depuis deux ans le résultat de la Côte d' Ivoire est positif en terme de croissance macro-économique. « Nous voulons voir avec les autorités ivoiriennes ce qu'ils attendent de la banque pour maintenir ce rythme de la croissance », a-t-il indiqué ce mardi 18 septembre, lors d'une conférence de presse au bureau régional de la Banque mondiale, à Abidjan Cocody.

A Abidjan depuis le 17 septembre, le vice-président a rencontré, ce mardi 18 septembre au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui était accompagné des membres du gouvernement. « Je suis venu rencontrer les autorités en Côte d'Ivoire pour savoir quelles sont les priorités de la Côte d'Ivoire et voir comment la Banque peut les soutenir », a expliqué Hafez Ghanem. Notant que les discussions ont porté également sur la problématique suivant : « Comment traduire les résultats macro-économiques de la Côte d'Ivoire en une croissance inclusive ? ». Car, commente-t-il, il est un important que les jeunes puissent bénéficier des fruits de la croissance.

L'hôte de la Côte d'Ivoire a discuté avec le gouvernement des la santé maternelle et des enfants. Et le gouvernement a saisi cette opportunité pour demander davantage d'assistance dans le domaine du capital humain, de l'emploi jeunes etc. Hafez Ganem fait savoir que l'emploi des jeunes inclut certes des investissements et des opportunités. Mais il faut aussi une capacité à bénéficier de ces opportunités. « 80% des enfants rentrent dans le cycle primaire, 30% y sortent. Parmi les 30%, la majorité n'a pas acquis les connaissances nécessaires ».

Cependant, la banque constate que le secteur de l'économie numérique comporte beaucoup d'opportunité. Et c'est pour cette raison qu'elle envisage développer un projet numérique en Côte d'Ivoire. Des propos du fonctionnaire de la Banque mondiale, le travail va se faire sur trois axes. A savoir l'établissement d'infrastructures, les compétences et le cadre réglementaire pour encourager les start-up et l'entrepreneuriat.

Concernant les éventuelles baisses des cours des matières premières qui pourraient affecter les économies de la région, Le vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique a indiqué que si l'une de leur priorité est de renforcer la résilience des économies, il faut aussi que les pays se tournent vers la diversification. Dans le sahel, c'est surtout la sécheresse qui affecte l'agriculture et la sécurité alimentaire. Là il faut penser à révolutionner les pratiques agricoles », affirme-t-il.

Cote d'Ivoire

Oragroup annonce la plus grosse introduction à la Bourse d'Abidjan jamais réalisée

Avec un objectif de levée de 56,92 milliards de francs CFA (86 millions d’euros), l’introduction en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.