19 Septembre 2018

Madagascar: Jean Ravelonarivo, un élève exemplaire qui se surpasse pour tout réussir

Ancien Premier ministre, le Général Jean Ravelonarivo est un homme ferme et sévère. En appliquant la politique de la tolérance zéro, il est strict .

C'est sans aucun doute son atout, car la population a besoin de discipline, et cela dans tous les domaines, en commençant par les plus hauts fonctionnaires de l'Etat, car l'exemple vient d'en haut. Sa persévérance dans ses études est un exemple. Pour lui, la lutte contre l'insécurité et contre la corruption sont les priorités des priorités pour un réel développement du pays. Portrait.

Un féru de connaissances. C'est ce qui pourrait résumer la personnalité de Jean Ravelonarivo, qui a collectionné les bourses d'études. « Je me souviens, j'ai toujours été major de promotion » dit-il. Son parcours et son cursus scolaire sont exemplaires. Né à Sakadomo le 17 avril 1959, dans la commune de Berevo dans le district de Belo- sur- Tsiribihina, Jean Ravelonarivo a foulé le seuil de l'EPP de Sakadomo en 1966. Puis, il a continué à Berevo en CM1, où il devait marcher 8h de temps pour y aller, et la même durée pour revenir.

Aussi, il a dû habiter chez une autre personne pour pouvoir vivre non loin de l'école. Car cela ne l'a pas démotivé, le petit Jean Ravelonarivo n'a pas abandonné l'école pour autant. En 6e , il continue au CEG Belo- sur- Tsiribihina jusqu'à l'obtention de son BEPC en 1976. Puis, il poursuit ses années de lycée à Morondava jusqu'à l'obtention de son bac en 1979. Il effectue alors son service national durant un an, avant d'intégrer l'armée et de poursuivre ses études en URSS (aujourd'hui la Russie) grâce à une bourse d'étude octroyée aux meilleurs. « J'avais trois bourses d'études, pour la France, le Cuba, et l'ex-URSS.

Mais j'ai promis à mon père de devenir militaire alors j'ai choisi l'URSS » raconte-t-il. Il étudie alors à Leningrad (aujourd'hui St- Petersburg) durant 5 ans, et devient pilote. Il revient à Madagascar, et suit des cours de gestion et de droit. De 1997 à 2002, il devient directeur général de la Seimad, une société d'Etat dans le domaine de l'immobilier. Jean Ravelonarivo est marié et a 3 enfants. Il est très impliqué dans les actions caritatives et sociales, étant membre du Rotary Club dont il a été Gouverneur du district 9220 de 2013 à 2014, mais aussi à travers sa Fondation Ravelonarivo.

La sécurité avant tout. « J'ai eu l'occasion de visiter tout Madagascar, toutes les régions, sauf la région Sofia et Melaky. Et ce que je peux en tirer, c'est que la population malgache vit dans l'insécurité totale. En tant que Général, pour moi, la priorité des priorités c'est de lutter contre l'insécurité ». C'est en ces termes très fermes que Jean Ravelonarivo s'exprime pour rassurer la population. « L'insécurité, c'est le vrai grand problème à Madagascar » dit-il. Un programme qui coule de source pour ce militaire qui sait se faire obéir par l'armée. « Nous devons aussi lutter contre la corruption.

C'est une nécessité si nous voulons nous développer. Lorsque j'étais Premier ministre, j'ai fait de la lutte contre la corruption une priorité. Et les chiffres publiés par les Nations unies le prouvent bien. Si nous étions le 146e pays sur 175 au classement des pays les plus corrompus lorsque j'ai pris mes fonctions, nous étions 121 sur 175 lorsque je suis sorti du gouvernement. Et cela en un peu plus d'un an seulement. Cela montre que les choses peuvent s'améliorer, et que l'on peut assainir l'Administration. Malheureusement, aujourd'hui on est retombé à la 161e place sur 175' continue-t-il.

Avec sa politique de « tolérance zéro », Jean Ravelonarivo veut instaurer la bonne gouvernance et appliquer la décentralisation pour le développement de tout le pays. Et cela à travers plusieurs secteurs, dont la gestion des ressources minières. « J'avais déjà pensé à revoir le code minier. Nous avons beaucoup de ressources, nous avons du pétrole, mais il faut que cela soit bien géré pour que toute la population puisse en bénéficier. Ces exploitations des ressources minières ne vont pas sans la protection de l'environnement et de la biodiversité, qui fait notre richesse également. Cela nous permet de développer, par la même occasion, le secteur touristique ».

Mais ce n'est pas tout, car son programme comprend également le domaine social dont l'égalité des genres, le problème du chômage. « A Madagascar, la population est jeune, et beaucoup d'entre les jeunes sont diplômés et sont très compétents, mais malheureusement ils ne trouvent pas de travail.

C'est donc une priorité pour moi de créer de l'emploi, avec les opérateurs économiques ». Et qui dit compétence dit études, en bon élève qu'il a toujours été, le secteur de l'éducation est pour lui très intéressant. Enfin et non des moindres, la santé est primordiale, car elle permet à la population d'être productive .

Madagascar

Elim CAN 2019 - Qualification historique pour Madagascar

Madagascar s'est qualifié pour la première Coupe d'Afrique des nations de son histoire ce mardi lors de la… Plus »

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.