19 Septembre 2018

Cameroun: Usine d'Ebolowa - 996 tracteurs déjà assemblés

La descente dans ce centre lundi dernier était l'ultime étape d'une visite de terrain dans les exploitations des bénéficiaires.

C'est la délégation conduite par le directeur général de la Planification, Janvier Oum Olouma, qui est venue troubler le calme qui régnait sur le site du Complexe industriel d'Ebolowa ce lundi 17 septembre.

Dernière étape d'une tournée engagée il y a quelque temps et marquée par la visite des exploitations d'agriculteurs ayant bénéficié des tracteurs et autres équipements assemblés dans ce complexe.

Sur l'impact des équipements reçus dans leur quotidien, les bénéficiaires parlent d'une seule voix : le matériel reçu a considérablement boosté leurs capacités de production.

« Avant les tracteurs, il était difficile pour nous de dépasser deux hectares. Mais depuis l'arrivée de ces équipements, nous avons cinq champs d'une superficie de 17,5 hectares. Nous sommes passés de 25 à 30 tonnes à l'hectare », révèle Raphaël Abessolo de la société coopérative des producteurs de manioc de Ngoulemakong.

Marie Paulette Mbella observe également l'incidence de ces équipements dans le fonctionnement des activités de la coopérative Agrezo-coop-ca. « Avec le tracteur que nous avons obtenu à la suite d'une demande, nous faisons de grandes plantations de banane- plantain.

Nous avons aussi donné notre tracteur en location dans le Mbam-et-Kim où nous cultivons du maïs sur 80 hectares et nous en avons récolté 160 tonnes. Avec les retombées, nous avons pu lancer la culture d'autres spéculations », raconte l'entrepreneur agricole.

Des résultats qui parlent assez pour la trentaine d'exploitations bénéficiaires des engins assemblés à Ebolowa. Par ailleurs, si l'assemblage de ces tracteurs et moissonneuses batteuses entrait dans le cadre du programme d'exécution de la convention rizmaïs et de la convention manioc conclues avec le partenaire indien, on enregistre l'arrivée d'autres spéculations (sésame, mil, palmier à huile, banane-plantain, ananas, etc.).

Autres acquis de cette structure, le développement des mini unités de transformation et la création des emplois. Dans les faits, sur les 1000 tracteurs qui devaient être assemblés dans le cadre de cette première phase, 996 sont déjà bouclés et 870 distribués à des Gic, des particuliers et des institutionnels, sur l'ensemble du territoire national.

Sur le site du Complexe construit sur près de 11 hectares, on peut admirer un ensemble de bâtiments où l'on retrouve notamment la chaine d'assemblage des tracteurs, un bloc administratif, une cantine, des salles de classe qui serviront à la formation des mécaniciens, des magasins de stockage des outils, etc. La deuxième convention qui devrait permettre l'exécution de la deuxième phase est en cours d'instruction apprend-on et à ce moment, de nouveaux équipements pourront sortir des usines.

Lire aussi : Développement de la SOPECAM: le plan quinquennal au scanner

Cameroun

Election - L'insatiable Paul

Un non-événement. Ainsi pourrait-on résumer la réélection sans surprise de Paul Biya… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.