19 Septembre 2018

Sénégal: Lancement du projet bus rapides sur voies réservées - Près de 300 milliards de financement pour le BRT

Dans le cadre de l'amélioration de la mobilité urbaine, le gouvernement du Sénégal a obtenu de la Banque Mondiale (BM) et de la Banque Européenne d'Investissement (BEI), le financement d'un projet pilote pour la mise en œuvre d'un système de Bus rapide sur voies réservées (BRT - Bus Rapid Transit) entre Dakar et Guédiewaye. Le lancement du projet d'un coût de près de 300 milliards de F CFA a eu lieu hier, mardi 18 septembre 2018 à Dakar en présence des autorités et acteurs concernés.

296 milliards de F CFA, c'est le financement obtenu de la Banque Mondiale (BM) et la Banque Européenne d'Investissement (BEI), pour la réalisation du projet de «Bus rapides sur voies réservées», encore appelé «Bus Rapid Transit», (BRT). Ce mode capacitaire ralliera, sur 18,3 km, la préfecture de Guédiewaye à la gare routière Petersen. Pour une bonne mise en œuvre de ce projet, le Conseil exécutif du transport urbain de Dakar (CETUD), en accord avec la BM, a un tenu un atelier hier, mardi 18 septembre 2018 à Dakar, pour partager avec les principaux acteurs l'état d'avancement du projet, les dispositions pratiques, les outils et les mécanismes en place pour son exécution. Compte tenu de l'importance du projet et du nombre d'acteurs impliqués dans sa mise en œuvre, le CETUD, en accord avec la Banque Mondiale, a jugé utile d'organiser une rencontre pour marquer le démarrage effectif du projet, hier mardi.

Abdoulaye Daouda Diallo, le ministre des Transports terrestres, des infrastructures et du Désenclavement, a expliqué que «Dakar connaît des difficultés de mobilité particulièrement importante et c'est 25% de la population sénégalaise qui vit à Dakar. Le BRT répond justement à cette exigence de rapidité mais surtout de mobilité et il sera intégré au Train Express Régional (TER). Mais, concernant le BRT, c'est plus de 18 km qui seront mis en exploitation sur une route dédié pour ces bus qui vont l'utiliser dans le sens Dakar-Guédiewaye, Guédiewaye-Dakar. Il va concerner 14 communes pour un montant global de 296 milliards de F CFA. C'est l'occasion pour moi de remercier la Banque Mondiale qui a pris le projet en main et qui décide de nous accompagner fortement sur ce projet.»

PLUS DE 300.000 VOYAGEURS PAR JOUR

A l'en croire, «c'est plus de 300.000 personnes qui vont se déplacer par jour dans le cadre de ce projet, sur 23 stations mais aussi avec un temps de trajet particulièrement réduit. On passera de 90 minutes ou une heure entre Guédiewaye et Dakar pour faire 45 minutes, c'est une grande contribution pour les difficultés de transport que nous vivons aujourd'hui», a-t-il laissé entendre.

Selon le ministre en charge des Transports terrestres, ce projet dont les travaux dureront 30 mois ne va en rien impacter sur les habitations des communes concernées. «Vous savez, dans tout projet, les impacts sont nécessairement analysés et les impactés nécessaires seront indemnisés. Et c'est une forte exigence d'ailleurs de nos partenaires financiers et donc nécessairement c'est quelque chose qui est pris en compte. On a déjà lancé les marchés pour pouvoir commencer les travaux, nous espérons d'ici 2020 voir les travaux se terminer et on travaillera» dans ce sens, a-t-il précisé.

POUR LA TECHNOLOGIE BUS, CHOISIR LES MOINS POLLUANTS

Pour sa part, le Directeur générale du CETUD, Thierno Birahim Aw, a estimé que «c'est un projet structurant du PSE. Il s'agit pour nous de réfléchir sur l'infrastructure du transport et sur l'ensemble. C'est aussi un projet écologique parce que c'est le seul projet où le Sénégal aura un objectif pour l'amélioration sur le volet environnemental. Un effort particulier est fait avec l'alimentation au niveau des stations. Nous allons aussi, pour la technologie bus, aller vers les moins polluants, tous ceci va participer à améliorer le cadre de vie dakarois. C'est le plus gros investissement de la BM au Sénégal. Le financement est bouclé et nous avons lancé les deux marchés de travaux principaux que nous avons confiés à AGEROUTE. Et ça à conduit à une présélection d'entreprises parce que c'est un marché performant. Avant la fin de l'année, nous allons attribuer les marchés des travaux. Ce projet prendra 30 mois de travaux», a-t-il dit.

CONTRIBUER A L'AMELIORATION DE LA QUALITE DE L'AIR DANS DAKAR, UN DEFIS DU BRT

En ce qui concerne les tarifications le directeur du CETUD rassure. «Pour la tarification, on peut annoncer de bonnes nouvelles. Aujourd'hui, la simulation de la rentabilité du BRT ne laisse pas de doute, nous sommes sur un taux de rentabilité intéressant pour un opérateur privé. Et nous avons tenu compte naturellement du volet social du projet, donc ce qu'on peut annoncer, c'est qu'avec le même tarif pratiqué actuellement, nous pourrons acheminer ces 300.000 voyageurs. Et donc c'est un bénéfice social économique énorme qui est visé en tenant compte du volet social pour des tarifs acceptables. Donc, au même niveau de tarif, on pourra ainsi répondre aux exigences des populations, de confort pour les transports publics de voyageurs effectuant l'essentiel des déplacements à Dakar», a-t-il ajouté.

Dans un contexte urbain marqué par une pollution automobile galopante, un des défis majeurs du projet BRT sera de contribuer à l'amélioration de la qualité de l'air dans l'agglomération dakaroise. C'est dans ce cadre que le corridor sera doté d'une station de mesure de la qualité de l'air supplémentaire pour renforcer le dispositif de surveillance de la pollution de l'air, avec le Centre de gestion de la qualité de l'air.

L'objectif de cet atelier est de partager avec les acteurs principaux l'état d'avancement du projet, les dispositions pratiques, les outils et les mécanismes en place pour l'exécution du projet. Histoire de permettre une appropriation du projet par les principaux acteurs.

Sénégal

Lutte contre la malnutrition - Le Sénégal, un modèle dans le continent

16 octobre, c'est la journée mondiale de l'alimentation. L'objectif de réduction de la faim à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.