20 Septembre 2018

Cameroun: Formation professionnelle - Sangmélima au top niveau

En cette année scolaire 2018-2019, la deuxième cuvée du centre d'excellence a également fait sa rentrée le 3 septembre dernier.

Sangmélima, quartier Nkol- Nguet, mardi matin. A quelques encablures de l'Université Inter-Etats Cameroun- Congo, un autre prestigieux pôle de formation toujours en gestation, se dresse déjà fièrement, le Centre de formation professionnelle d'excellence.

Il est bâti sur 6.635 mN, pour une superficie générale de 55.512 m2. En franchissant le portail, le visiteur ressent tout de suite le climat de sérénité et de calme qui habite les lieux.

Les apprenants, un peu plus d'une vingtaine déjà enregistrés, ont bel et bien commencé leurs cours dès 7h30, heure de rigueur. Les modules de formation se doivent de respecter quotas et qualité dans le respect des exigences liées à l'enseignement professionnel.

Et comme le dit le directeur, Alilou Sanoussa, « les produits qui sortent de Sangmélima doivent être les symboles d'un label pur, identitaire et honorable dans l'exercice quotidien du métier choisi ». En un mot comme en mille, le Centre de formation professionnelle de Sangmélima est un véritable pôle d'excellence Dès l'entrée justement, c'est déjà la qualité des constructions qui impressionne. Chaque spécialité enseignée ici a ses structures.

A votre droite, le bâtiment administratif a fière allure. Dans le hall d'entrée, bien avant les bureaux du directeur et des six autres responsables administratifs, se laisse voir une plaque commémorative. Elle rappelle la date d'inauguration, le 15 décembre 2016, par le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, présidant, en présence de l'ambassadeur de Corée du Sud, Lim Jae Hoon, une cérémonie placée sous le très haut patronage du président de la République.

C'est dans le bureau du directeur que l'on apprend tout de suite les différentes formations dispensées. L'an passé, la soixantaine d'apprenants avaient été formés en bureautique, métiers du bois, plomberie et tuyauterie, réparation automobile, réparation d'engins agricoles, soudure et chaudronnerie, stylisme modélisme.

Cette année scolaire a vu s'ajouter la maintenance informatique. Pour toutes ces différentes spécialités, le coût de la formation oscille entre 400 et 500.000 F, pour une durée d'un an. Toujours comme gage de qualité, le professionnalisme des formateurs.

Ils ont tous bénéficié des formations pointues à Séoul, en Corée du Sud. Ainsi, chaque spécialité dispose de trois formateurs sortis de grandes écoles au Cameroun et des formations de perfectionnement en Corée du Sud, pour le renforcement de leurs capacités dans l'utilisation des machines d'application.

Un tour supplémentaire nous laisse découvrir que le Centre de formation dispose d'autres commodités dont le but est de faciliter les conditions de vie et d'apprentissage : des dortoirs pour internat de filles et des garçons ainsi que des réfectoires pour une saine alimentation, sans oublier des maisons d'astreinte pour enseignants.

En ressortant de ce vaste, l'on se rend compte de l'action menée par le gouvernement, sous l'impulsion du chef de l'Etat, pour le renforcement de l'offre de formation dans les métiers porteurs d'emplois, surtout de l'emploi-jeunes, en adéquation avec les exigences des entreprises et du monde professionnel.

Alors, comme le dit un apprenant de la filière soudure et chaudronnerie, « on n'ira plus chercher les soudeurs industriel en Colombie, pour poser des pipelines, par exemple ».

Cameroun

Recours du scrutin présidentiel - Deuxième journée d'audience

Au Cameroun, audience à rallonge au Conseil constitutionnel où des candidats à l'élection… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.