21 Septembre 2018

Tunisie: Une démarche réformatrice

Quoi de neuf ?

Autre nouveauté, 372 spécialités enseignées dont 255 à caractère prioritaire (bâtiment, travaux publics et dérivés, soudure et autres). Tout stagiaire aura droit à une bourse de 60 dinars par mois. De même, le niveau BTS (brevet de technicien supérieur) s'ouvrira, cette année, à de nouvelles filières dans le domaine de l'enfance, de la cuisine, de la pâtisserie et du textile. S'y ajoute la création de nouveaux centres en matière d'agroalimentaire, de métiers de pêche, de culture. Autant dire, l'année 2018-2019 compte marquer des points, dans la perspective de s'ouvrir davantage sur l'environnement économique national et international (échange des stagiaires), développer l'approche d'accompagnement des stagiaires, à même de jouer sur la numérisation des prestations et mettre en place un système informatique de gestion intégrée.

Le tout dans le but d'optimiser les prérequis professionnels pour améliorer l'employabilité des jeunes stagiaires. Une plateforme mise au service des diplômés de la formation et aux petits métiers sera aussi de la partie. La création envisagée d'un office des œuvres de formation aura, prévoit-il, à doubler la capacité du secteur de 12.000 à 24.000 places, assurant de la sorte des opportunités en termes d'hébergement et de restauration. Il n'en reste pas moins que la politique de communication telle qu'elle est actuellement nécessite, aujourd'hui, d'être révisée.

Nouvelle vision

A vrai dire, le secteur de la formation connaîtra un bond qualitatif. C'est en 2016 qu'une stratégie de réforme a été établie, avec pour objectif 14 projets fédérateurs d'aménagement, d'équipement et de restructuration prévus d'ici 2020. Et avec une enveloppe de 450 millions de dinars, estime-t-il, investis dans leur mise en œuvre. Le développement de la formation en alternance est aussi de mise : un conseil de partenariat centres-entreprises semble pouvoir maximiser les chances d'intégration professionnelle des diplômés. Le directeur général de l'Atfp, M. Khaled Ben Yahia, n'a pas manqué de présenter, de nouveau, la nouvelle vision de l'agence et les valeurs d'identité qu'elle devrait défendre. Il s'agit de l'appartenance, de l'excellence, de l'innovation et de la redevabilité. Ce sur quoi reposera le futur de ladite agence, alliant autogestion et bonne gouvernance. Autant de qualités dont se distingue, désormais, le secteur. Toutefois, serait-il en mesure de redorer son blason et faire changer la perception à son égard ?

Tunisie

Hyundai va construire des camions et des bus en Algérie

Le constructeur automobile sud-coréen Hyundai va produire d'ici la fin 2019 des camions et des bus en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.