21 Septembre 2018

Tunisie: La sécurité, une responsabilité collective

Des mesures préventives

D'emblée, il faut souligner qu'il serait faux, naïf et injuste d'imputer la responsabilité de l'insécurité aux seules forces de l'ordre. Certes, celles-ci jouent un rôle capital, à la faveur de leur omniprésence devant les établissements du savoir qui génère l'effet dissuasif auprès des intrus et autres énergumènes qui rôdent tout autour, tels des chacals affamés en quête de proies. Certes aussi, des patrouilles policières ont réussi, à plusieurs reprises, à y arrêter des malfrats et à saisir armes blanches et quantités de drogue.

Tout cela est beau et réconfortant. Mais est-ce suffisant ? «Non», répond calmement un agent de l'ordre, qui précise que «la police ne peut, à elle seule, tout faire. D'abord, parce qu'elle est absorbée par un colossal volume de travail inhérent à d'autres défis tels que la contrebande, les grèves et le terrorisme. Ensuite, parce qu'il est absolument impossible, techniquement, de mobiliser une patrouille policière pour chaque édifice scolaire et universitaire du pays.

D'où ma conviction, d'ailleurs partagée par tous mes collègues, que la sécurisation de ces établissements demeure une responsabilité collective». N'empêche qu'au ministère de l'Intérieur, tout en corroborant cette thèse défensive, des mesures préventives ont été déjà arrêtées à l'occasion de la rentrée de cette année. C'est ainsi que les brigades de la police judiciaire, en tant qu'élites d'intervention, auront à patrouiller plus fréquemment devant les écoles et lycées, tout en usant de descentes musclées à la moindre alerte. Et puis, c'est... tout. On n'est pas encore sorti de l'auberge. Majed Hamzaoui, psychologue, soutient le même raisonnement, à savoir que la sécurisation de ces établissements est une œuvre collective. «On sait, explique-t-il, que la police nationale a beaucoup perdu, depuis la révolution, de son aura et de ses capacités de dissuasion.

D'où, à mon avis, la nécessité d'une implication plus poussée des parents, ces derniers étant appelés à mieux encadrer leurs enfants, en les exhortant à privilégier le sérieux, la rigueur et la discipline, en les mettant en garde contre toute tentative hasardeuse et lourde de conséquences, en leur rappelant par exemple que tant d'élèves brillants et bien partis pour un avenir radieux ont fini par rater leur vie, soit en se retrouvant en prison, soit en sombrant dans la drogue. Pourquoi? Tout simplement à cause de la passivité de leurs parents qui ont fui leurs responsabilités et négligé l'éducation de leur progéniture». Même son de cloche chez un professeur de lycée de l'Ariana qui assure amèrement qu'«au lieu d'élèves, nous avons aujourd'hui affaire à des bandits et des drogués qui sont capables de toutes les bêtises, parce que mal éduqués à la maison».

Tunisie

CAF Ligue des Champions - Le Primeiro de Agosto se méfie grandement de l'arbitrage en Tunisie

Vainqueur de la manche aller (1-0) chez lui, le Primeiro de Agosto entrera dans l'histoire du football angolais en cas… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.