Madagascar: Gestion des risques et catastrophes - L'efficacité du système d'alerte précoce multisectoriel

Le système d'alerte précoce multisectoriel (SAP) est présenté, par les experts, comme étant l'outil de base de la réduction des risques et catastrophes, notamment dans les zones vulnérables comme le Grand Sud de Madagascar.

Le financement de la mise en œuvre du SAP dans le Grand Sud est assuré en grande partie grâce au financement du gouvernement japonais. Il est en outre réalisé en collaboration avec l'Organisation des Nations Unies pour la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Programme alimentaire mondial (PAM). Ce SAP qui puise sa pertinence dans l'anticipation, la prévention et le renforcement de la résilience a été lancé officiellement hier, par le biais d'un atelier organisé au Carlton Anosy. Celui-ci a été organisé par le Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) étant donné que celui-ci est en charge de la Coordination du SAP.

Economie. Hier, les séances de travail étaient articulées autour du thème : « La réduction des pertes économiques dues aux catastrophes a le pouvoir de transformer les vies ». Il a été notamment retenu lors de cet atelier que si le SAP est correctement mis en œuvre et sa multisectorialité respectée; il permettra entre autres de détecter à temps et de faire un suivi des aléas naturels, ou encore socio-économiques. Selon un responsable au sein du BNGRC : « Cette détection et ce suivi effectués dans les temps permettront de prévenir, à moyen terme, les impacts négatifs que ceux-ci peuvent avoir sur l'économie et les activités génératrices de revenus des ménages, lesquels peuvent avoir du mal à se relever promptement après. »Une campagne efficace de sensibilisation et d'information est toutefois nécessaire, voire cruciale, car d'un point de vue socioculturel, l'anticipation n'est pas le fort des Malgaches, qui sont habitués à vivre au jour le jour, sans trop se soucier du lendemain : c'est la philosophie du « mora mora ». Notons par ailleurs que le BNGRC et ses partenaires sont en mission, depuis hier, jusqu'au 23 septembre dans la région Androy, pour préparer la célébration de la Journée internationale de la Réduction des Risques et Catastrophes qui se tiendra le 13 octobre prochain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.