21 Septembre 2018

Cote d'Ivoire: Actions sociales - La première dame partage son expérience au réseau des femmes députés de la CEDEAO

Les femmes parlementaires de la Cedeao ont été reçues en audience par la Première dame Dominique Ouattara le mercredi 19 septembre 2018 à son cabinet dans la commune de Cocody. Au menu des échanges le partage de son expérience dans ses activités humanitaires et sociales.

Dialogue direct entre Dominique Ouattara et des femmes parlementaires de la CEDEAO qui séjournent en Côte d'Ivoire pour un ensemble d'activités. À ces élues, l'épouse du chef de l'État ivoirien Alassane Ouattara a partagé son expérience pour les succès enregistrés dans l'ensemble de ses activités essentiellement à caractère sociale, humanitaire, éducatif. Des actions qui n'ont aucune coloration politique, ethnique ou religieuse, a rassuré Dominique Ouattara. « Depuis que je fais mes actions de la Fondation, de dons et autres, j'ai toujours évité de mêler la politique, les aspects religieux ethniques ou géographiques à mes actions. Pas parce que je suis blanche, c'est possible, mais je n'entre pas dans ça. Je me dis que quelqu'un qui a besoin, c'est qu'il est dans le besoin . Si quelqu'un du Fpi a un problème je vais l'aider, qu'il soit du du Pdci ou du Rrd », a fait savoir la Première Dame .

Présentant ses activités à ses hôtes, Dominique Ouattara leur a fait savoir qu'elles portent sur la santé, telle que la lutte contre le SIDA, le cancer, la fistule obstétricale. Elle a parlé de l'hôpital mère enfant de Bingerville d'une capacité de 130 places et construit à 25 milliards FCFA. Un institut « qui rend beaucoup de service à la population ». Elle a noté aussi que sa Fondation Children Of Africa toujours dans le domaine médical intervient dans l'équipement des hôpitaux et l'organisation des vaccins. À ce volet sanitaire, elle a ajouté l'aspect éducatif avec la distribution des kits scolaires, et la prise en charge des enfants démunis dont plus d'un million ont été pensionnaires de la Case des enfants, organisation créée à son initiative. Kaboutier Sakande, député à l'Assemblée nationale du Burkina Faso a traduit sa satisfaction au sujet des actions de Dominique Ouattara qui méritent faire tache d'huile. « Vous avez beaucoup de choses à partager avec les sœurs des autres pays. Vous avez également beaucoup de choses à partager avec nous qui sommes les députés. Nous avons été élus et nous avons peut-être d'énormes soucis, mais de par notre position, nous nous rendons compte que vous faites beaucoup plus qu'une femme politique. Je vous félicite et je vous encourage et sachez que vous aurez notre soutien en toute chose et en tout temps »

Sentiment partagé par Hadja Aissata Daffe, député au parlement de la Guinée Conakry et vice-présidente du réseau des femmes parlementaires de la Cedeao (Ecofepa). « Nous avons présenté des doléances surtout nous voulons qu'elle soit notre porte-parole auprès des autres Premières Dames pour tout ce que nous menons comme activités au niveau de la sous-région et surtout nous savons qu'elle est beaucoup impliquée dans l'humanitaire comme nous le faisons également. Et toutes ces activités collent avec certaines préoccupations de madame la Première Dame. Nous avons demandé son soutien pour le renforcement des capacités des femmes du parlement de la Cedeao, de nous soutenir surtout dans la promotion et l'émancipation des femmes (Ndlr : parlant de la parité). Nous sommes dans la vision de la Première Dame. Beaucoup de Premières Dames doivent faire autant sinon plus qu'elle».

Cote d'Ivoire

CAN 2021 - La Côte d'Ivoire en plein chantier

Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké, San Pedro et Korhogo, les cinq localités qui vont abriter les… Plus »

Copyright © 2018 L'Intelligent d'Abidjan. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.