22 Septembre 2018

Congo-Brazzaville: Coupe d'Afrique de slam poésie

La première édition de la Coupe d'Afrique de slam poésie va regrouper une quarantaine d'artistes. Elle aura lieu à N'Djamena, la capitale tchadienne, du 5 au 10 novembre.

La CASP se veut un grand événement panafricain, avec une scène incontournable de slam pendant cinq jours. En effet, N'Djamena abritera une série de concerts, de débats, d'ateliers, de graffitis, de projections de films, de challenges de slam et de concours divers.

Que faut-il réellement entendre par slam ? Eh bien, il s'agit d'un genre musical récent, assez répandu dans le monde et par lequel des textes poétiques sont déclamés sur fond de musique ou en a capela.

On le qualifie également de poésie urbaine et c'est un art qui gagne profondément la couche juvénile aussi bien en Europe que dans les autres coins de la planète. Ce genre musical s'impose dans le monde entier et plusieurs grands noms du hip hop qui s'y sont essayés sont aujourd'hui entièrement convertis.

L'activité culturelle se donne pour objectif d'amplifier la portée des différentes actions du slam en Afrique, en faisant des événements nationaux de slam en Afrique son faire-valoir.

Ainsi, cette compétition continentale devrait tendre à devenir un élément culturel et fédérateur qui unirait tous les pays africains dans cette discipline de célébration des mots. Plusieurs vainqueurs de compétitions nationales de slam représentant trente-quatre pays africains et plus de cent cinquante-quatre invités ont déjà confirmé leur participation.

Chaque pays est supposé envoyer un représentant ainsi qu'une délégation nationale d'artistes et d'acteurs du domaine culturel. Le représentant national est désigné à l'issue d'un concours national supposé asseoir la promotion du slam en Afrique.

Il s'agit encore, nous dit-on, d'une danse des mots, d'une plume qui s'adresse au cœur, d'une voix qui réchauffe les âmes, telle est la description approximative que l'on fait aujourd'hui du slam.

Cet art d'expression orale est, à ne pas s'y tromper, devenu populaire. Lui qui allie si bien l'oralité et l'écriture est identifié comme un fidèle outil de communication à travers lequel les maux de la société peuvent être décrits et dénoncés dans le dessein de susciter un éveil des consciences ou encore, entraîner bon nombre de personnes à renouer avec l'écriture et la lecture, véritables sources de savoir et de connaissances.

Le slam peut contribuer à l'amélioration du niveau éducatif en Afrique. Il a existé depuis des temps immémoriaux car il était porté par la verve de ceux qu'on appelle les griots. S'en inspirant, tel artiste a débuté par le théâtre, précocement, a participé à plusieurs représentations mais a trouvé que les scènes de théâtre commençaient à devenir trop petites et s'est retrouvé dans le slam par la seule volonté de s'exprimer plus. Tel autre griffonnait des textes qui n'étaient lus que par sa mère qui l'encouragea finalement à aller de l'avant car convaincue de son talent prometteur.

L'exemple des modèles comme Grand corps malade, Saul Williams ou Abd Al Malik convainc nombreux parmi nos champions que le slam a de beaux jours. Alors, on y va le cœur joyeux et confiant pour l'avenir.

Congo-Brazzaville

Economie bleue - L'expertise de Brazzaville sollicitée au Kenya

La République du Congo prendra part, du 26 au 28 novembre à Nairobi, à la conférence sur… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.