22 Septembre 2018

Tunisie: Les femmes au couffin - Un parcours muséographique rend hommage aux femmes victimes

« Cet événement que nous avons monté rend hommage à toutes ces femmes, des victimes indirectes et en même temps tellement directes qui effectuent chaque semaine une course d'obstacles pour pouvoir ramener le couffin à un mari ou à un proche », déclare Meriem Chaouachi, responsable du projet « Les voix de la Mémoire » à l'Ictj.

Symbole d'amour et de résilience face à la répression, cette « Koffa » incarne aussi un fardeau économique pour les femmes, qui n'ont pas toujours les moyens financiers nécessaires pour remplir ce panier des mets préférés de la personne incarcérée.

« Nous avons voulu, en mettant en place ce parcours muséographique, faciliter un dialogue sur les questions du passé et chercher d'autres moyens pour transmettre un message. L'art nous permet de transcender les divergences politiques qui peuvent éclater dans une société », ajoute Virginie Ladisch, de l'Ictj.

L'exposition offre au public une expérience interactive particulière, aboutissant à la fin du parcours à une plate-forme de commémoration, dans laquelle les visiteurs peuvent enregistrer leurs propres témoignages dans une salle de réflexion désignée.

Lieu d'histoire vivante, lieu de l'histoire du temps présent, « Les voix de la Mémoire » veut ressusciter un vécu complexe à travers les scénographes Marouen et Taieb Jallouli, la lumière d'Ahmed Bennys, les créations sonores de Wissam Ziadi et un parcours didactique alterné d'œuvres contemporaines réalisées par Wiem Haddad, Salma Wahida, Abdesslam Ayed, Mohamed Ben Slama, Nabil Saouabi, Lasaad Ben Sghaier, et Najah Zarbout.

Comme une courbe dramatique

L'exposition muséographique et interactive réécrit le parcours du couffin, à travers la fouille, le parloir, l'aria (l'aire de promenade des prisonniers) et la délivrance. « Une courbe dramatique basée sur les émotions », souligne le scénographe Marouane Jallouli. A la fin de la visite guidée par groupes de six par des médiateurs une salle de réflexion et de témoignages est prévue pour accueillir d'autres récits et d'autres histoires.

Mais « Les voix de la Mémoire » ne s'arrête pas à l'exposition qui se poursuit jusqu'au 29 septembre à Tunis puis se déplacera au Kef (du 20 au 27 octobre), ensuite à Sfax (du 24 décembre au 2 janvier) et enfin à Redeyef (du 15 au 22 décembre). Trois autres volets sont prévus : la publication d'une BD, très bientôt, la sortie d'un livre en décembre et la diffusion de podcasts radiophoniques dans les jours qui viennent.

Pour Khadija Salah, participante au projet et ancienne activiste politique longtemps harcelée par la police, « Les voix de la Mémoire » a représenté une thérapie. De victimes, nous sommes passées à actrices et maîtresses de notre destin. Même si au départ, nous avons toutes pleuré en évoquant les années de plomb, nous avons fini par en rire et par prendre distance avec les épreuves du passé », insiste l'ancienne victime.

Najet Gabsi : «Le couffin de ma dignité»

Ancienne syndicaliste, Najet Gabsi, 49 ans, a été emprisonnée pendant six mois à Sousse et à Messadine, alors qu'elle poursuivait des études universitaires au début des années 90. Najet a fait partie du collectif de femmes ayant participé au montage des «Voix de la mémoire ». Elle témoigne : «El koffa, (le couffin) représentait pour moi un message d'amour. Il transmettait l'intérêt et l'attention de ma famille à mon égard». «Non, nous ne t'avons pas oubliée !» me disait-il. Le couffin était le symbole de ma dignité à l'intérieur des murs de l'espace carcéral. C'est aussi la garantie d'une nourriture saine et hygiénique pendant plusieurs jours. Rien à voir avec le ragoût infect et douteux à base de carottes qu'on nous servait dans de grandes gamelles en fer».

Le couffin favorise également le partage et l'amitié dans cet espace de dénuement. Les autorités semblaient conscientes du «pouvoir» du couffin. D'où, ajoute Najet : «Toutes les restrictions qu'elles imposaient sur les aliments introduits en prison. Ma mère était souvent à la merci des gardiens, qui selon leur humeur, interdisaient ou permettaient le passage du couffin. Nous priver du couffin était la pire des punitions !», se rappelle cette ancienne victime.

C'est bien après sa sortie que Najet Gabsi découvre les économies et les sacrifices endurés par sa famille afin de se procurer le prix du couffin. Elle se souvient : « Mon frère a dû vendre sa voiture et ma mère subir un long trajet et également fouilles, réprimandes et humiliations pour me faire parvenir ce bien inestimable et qui mérite de ne pas tomber dans l'oubli. Car que savent les nouvelles générations de toutes ces violations des droits de l'Homme ?».

Tunisie

WTA Moscou - Ons Jabeur perd en finale

Ons Jabeur a été malheureusement battue ce samedi en finale du tournoi de Moscou en Russie. La tenniswoman… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.