23 Septembre 2018

Tanzanie: Le ferry-boat était un cercueil navigant

Photo: DW
Le ferry de passagers, MV Nyerere, qui a chaviré.

Combien étaient-ils au juste sur ce maudit ferry-boat qui reliait les îles d'Ukuwere et d'Ukara ce jeudi 20 septembre 2018 ? 200 ? 300 ? Peut-être plus ? Une chose est sûre, le décompte macabre montre à souhait que le MV « Nyerere » transportait plus des 100 passagers que sa capacité lui autorisait.

De l'aveu du ministre tanzanien des Transports lui-même, « les personnes que nous avons pu sauver sont au nombre de quarante et une. Parmi les 209 corps récupérés, 172 ont été reconnus par leurs familles et 37 autres sont toujours en cours d'identification ». Faites le calcul : 209+41=250. Si on y ajoute le miraculé, l'ingénieur du navire retrouvé vivant samedi dans un compartiment aéré, le bilan, qui n'était encore que provisoire, va chercher dans les 250 victimes, soit deux fois et demie plus de personnes qu'il ne fallait à bord.

C'est sans doute l'une des causes qui l'ont fait chavirer au sud du lac Victoria, plongeant le pays du Mwalimu dans la consternation. L'une des causes principales, mais vraisemblablement pas la seule, sous réserve des résultats de l'enquête ouverte pour en connaître les raisons et situer les responsabilités. Parmi les nombreuses questions qui attendent des réponses, la part des passagers eux-mêmes qui, en se massant à l'avant du navire à l'approche du débarcadère, ont contribué à le déséquilibrer. Et, circonstances aggravantes, l'attitude du commandant ou de celui qui en tenait lieu, qui aurait raté une manœuvre, concentré qu'il était, dit-on, sur son portable au point de donner un coup de barre brutal et fatal. Le manque de moyens pour les secours a fait le reste, transformant le méchant rafiot en cimetière lacustre de centaines de pauvres hères pris dans un piège inextricable.

Et en même temps que les cris de détresse des malheureux, des flots remontent en surface une vieille polémique sur le laxisme des autorités en matière de sécurité. Et le président Magufuli, qui s'agite tant depuis la survenue du drame, ordonnant des arrestations et des emprisonnements à tout-va, est au premier chef comptable de ce bordel généralisé. Cette tragédie tanzanienne doit rappeler à bon nombre de Sénégalais une autre, beaucoup plus grande, celle du Joola qui avait sombré le 26 septembre 2002 au large de Ziguinchor, faisant quelque 2000 morts, soit à ce jour le plus grand naufrage de l'histoire en temps de paix.

Certes des catastrophes de ce type, on en voit sous toutes les latitudes, mais dans nos « pays de merde », ici comme là, les mêmes causes produisent invariablement les mêmes effets, que ce soit sur terre, dans les airs ou sur mer : vétusté et mauvais entretien des moyens de transport, souvent surchargés avec, comme lame de fond, l'incurie de la puissance publique et la corruption endémique qui ferme les yeux de policiers ou de gendarmes ripoux devant des cercueils ambulants, volants ou navigants affrétés par des compagnies « inch Allah».

On ruse ainsi à qui mieux mieux avec les précautions élémentaires de sûreté, souvent même avec la complicité des usagers quelquefois victimes de leurs propres turpitudes au motif qu'ils n'ont guère d'autre choix. Autant dire qu'on continuera pendant longtemps, en Tanzanie ou ailleurs sur le continent, à décréter des jours de deuil national et à mettre les drapeaux en berne tant qu'on ne s'attaquera pas courageusement aux racines du mal.

En savoir plus

Naufrage en Tanzanie - Au moins 207 morts et de nombreuses questions

Le bilan du naufrage du ferry MV « Nyerere » dans le sud du lac Victoria s'est encore alourdi ce samedi 22… Plus »

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.