Afrique: Jeune champion de laTerre, lauréat pour la région Afrique

communiqué de presse

Shady Rabab est le fondateur de Rabab Luxor Art Collective et le co-fondateur du groupe de musique Malakout.

Transformer des déchets en mélodies : parler un langage universel

À Louxor, en Égypte, j'ai vu de nombreux enfants ramasser des ordures pour les vendre à des revendeurs de déchets. Ils ont pour ordre d'escalader des montagnes d'ordures et de remettre certains déchets à ces revendeurs, qui les vendent ensuite à des entreprises de recyclage. Les enfants ne profitent pas des fruits de leur labeur. Les revendeurs exercent un total contrôle sur eux. Ils les maltraitent et leur crient après.

Les enfants devraient être libres. Ils devraient passer leurs journées à s'amuser dans un environnement sûr, ils devraient aller à l'école, poursuivre leurs études et être exposés à l'art et à la musique.

La musique est un langage universel qui unit et oriente l'humanité vers un avenir plus durable. En tant qu'artiste et peintre égyptien, je suis un passioné de musique et j'adore créer des instruments. Je suis fasciné par les instruments provenant de différents lieux et je rêverais avoir une grande collection d'instruments de pays lointains, chacun avec un son différent.

La musique est une langue universelle

Quand j'étais plus jeune, j'ai quitté ma famille dans la vallée du Nil pour poursuivre mes études aux Beaux-Arts de Louxor. C'est là que j'ai remarqué pour la première fois les tas de déchets qui s'amoncelaient dans les rues. Cela m'a dévasté que notre environnement soit traité comme une poubelle. Au lieu de jeter chaque jour deux ou trois bouteilles en plastique, je me suis surpris à voir ces déchets comme de potentielles flûtes, bassons ou hautbois et autres instruments à anche, puis j'ai soudain eu une idée.

Les jeunes âgés de 18 à 29 ans représentent un quart de la population égyptienne : 19 millions de personnes. Un tiers des jeunes de 15 à 24 ans sont au chômage. De nombreux jeunes doivent accepter un travail peu rémunéré, irrégulier et peu sûr pour essayer de gagner leur vie. Bien que la moitié des jeunes Égyptiens considèrent que l'entrepreunariat est une option de carrière très valable, ils ne savent pas par où commencer.

Je me suis alors demandé : pourquoi ne pas montrer aux jeunes que tout le monde peut être à l'origine du changement ? Le recyclage et la gestion des déchets représentent d'énormes possibilités pour les communautés locales. Au lieu de patauger dans les ordures, les enfants peuvent fabriquer des instruments et apprendre la langue universelle de la musique. Muni d'un nouvel enthousiasme, j'ai décidé de faire de mon rêve une réalité : former un groupe de musique formés d'enfants ramasseurs de déchets de Louxor, jouer de la belle musique à partir de matériaux recyclés. C'est ainsi que j'ai transformé mon logement en atelier de recyclage.

De petits pas vers un grand changement

J'ai fondé le collectif Rabab Luxor Art avec très peu de financement. Nous disposions de peu d'espace, mais nous étions animés par une mission commune : inspirer les jeunes à créer des initiatives communautaires pour encourager un environnement et des moyens de subsistance durables. Nous sommes unis par notre grande passion pour l'art, l'expérimentation, le jeu et l'apprentissage.

Nous visons à travailler avec les enfants défavorisés de la région, en leur apprenant à fabriquer des instruments de musique à partir de déchets, protégeant ainsi non seulement l'environnement mais encourageant également les compétences entrepreneuriales.

Notre objectif est de stimuler l'innovation et d'encourager l'utilisation novatrice d'objets jetés. En transformant les déchets en instruments de musique, nous pouvons transformer la vie des enfants, de la communauté et de l'environnement.

Suivez le parcours des Jeunes champions de la Terre sur les réseaux sociaux avec les mots-dièse #YoungChamps et #JeunesChampions

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Développement Durable

Plus de: UNEP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.