24 Septembre 2018

Tunisie: Face au miroir du premier cercle

Elle est amère, elle ne veut plus rien prendre sur elle, ne parvient plus à se regarder dans le miroir, reprochant au premier cercle de ses proches (amis et parents) de l'emprisonner entre le passé et le futur, de la tirer en arrière. Pour elle, son mariage est fini malgré tous les clichés qu'ils lui sortent comme s'il s'agissait d'arguments de première force.

La peur d'être ravagée par les frustrations

Ghalia a peur de l'avenir, d'être ravagée par les frustrations... Tout ce qu'elle veut, c'est tout simplement vivre, sortir, danser, s'habiller à sa guise, aller au spectacle, prendre un café... sans le moindre patronage, sans le joug de ce mari avec lequel elle n'a aucune complicité et qui ne voit en elle qu'une sorte d'accessoire.

Un mari, Rostom, dont le portrait est brossé sans concession par Faten Fazaâ. Rostom a longtemps roulé sa bosse à l'étranger et, quand il revient à Tunis à cinquante ans passés, il est encore attaché aux années 70 et, bizarrement, la vie de ses parents semble pour lui un modèle. Quand il épouse Ghalia, c'est comme s'il la mettait dans une robe trop exigüe pour elle ; celle de son machisme dépassé.

Avec les années, Ghalia ressent que la robe ressemble de plus en plus à un linceul car il la cantonne à la maison, pas de sorties ni rien d'autre, elle doit se dévouer aux enfants. Il ne lui dit même pas qu'elle est belle (elle l'est pourtant) et il en arrive à le lui reprocher ! Il ne rate aucune occasion de l'amoindrir, la comparant à son idéal de beldias (les citadins de la vieille ville) et détestant systématiquement tout ce qu'elle affectionne.

Le centre de son cercle, le centre de sa vie

L'auteur décrit une autre facette du premier cercle quand il nous présente Sonia, la sœur de Ghalia et son aînée de treize ans. C'est un autre genre d'emprisonnement. Elle s'est mariée toute jeune et a immédiatement eu un enfant. A vingt et un ans, elle abandonne ses études d'avocate pour se dévouer à Yassine, son enfant né handicapé. Il a un besoin absolu de toute son attention. Il devient ainsi le centre de son cercle, le centre de sa vie, pendant des années. Pourtant, elle s'estime récompensée le jour où il prête serment pour entrer au Barreau et devenir avocat ; un peu par procuration, au nom de sa mère. Car Yassine est, certes, handicapé, mais il est doué d'une grande intelligence émotionnelle et il comprend très tôt les sacrifices de sa mère. Il honore ce dévouement en restant invariablement premier de la classe.

Faten Fazaâ poursuit son exploration des cercles possibles en nous faisant rencontrer Aïcha qui est Cover Girl à 28 ans. Elle a commencé comme servante, victime d'un père qui lui prend tout son salaire, la laissant à son destin. Elle finit par s'émanciper de lui et se dépense pour se faire belle. Le maître de maison devient son amant et sa femme la chasse. La voici dans la rue et le reste se devine.

La rédemption par l'écriture

L'auteur revient au centre du cercle de l'ouvrage, vers Ghalia que nous retrouvons dans une fuite vers l'avant, vers Paris, Ville lumière. Un mal troqué pour un bien, alors qu'elle se met à l'écriture. Deux ans seulement se sont écoulés depuis son divorce avec Rostom, mais cela ressemble à une éternité pour Ghalia. Elle se sent plus vieille, mais ne se déteste plus ! Plus encore, elle éprouve de la joie à réussir certaines choses, à apprendre de ses forces comme de ses faiblesses et, surtout, à pardonner.

Elle est enfin indépendante, ne s'engage plus que dans des relations de "non-amour", avec une note de respect et d'attentions partagées : «Je ne sais pas comment je suis devenue ainsi, n'aimant vraiment personne, n'éprouvant ni n'inspirant de jalousie... », lui chuchote encore sa voix intérieure. Ses états d'âme forment désormais une partie importante de son existence personnelle et intellectuelle, alors qu'elle a manifestement trouvé la rédemption dans l'écriture. Dans les influences néfastes de son ex, elle trouve progressivement son équilibre : «J'ai compris qu'il m'était désormais impossible de permettre à un homme de me dominer et que l'autre ne devient un enfer qu'au moment où nous nous lions à lui par notre âme et où nous nous effaçons devant lui. L'autre est une cage uniquement présente dans nos cerveaux, une prison ouverte qu'il est entre nos mains de quitter quand nous voulons. L'autre peut devenir un cadeau et une source de richesse ou une mauvaise image à laquelle nous n'aimons pas ressembler».

Secrets de famille, 191p., mouture arabe dialectal Par Faten Fazaâ Editions Sindbad, 2018 Disponible à la librairie Al Kitab, Tunis.

 

Tunisie

Wissam Ben Yedder - « Toujours donner le meilleur de moi-même »

Malgré une situation délicate, Wissam Ben Yedder continue de se battre pour se faire une place au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.