24 Septembre 2018

Togo: L'opposition togolaise obtient la reconstitution de la CENI mais reste insatisfaite

Photo: Télégramme228
Dialogue au Togo avec les facilitateurs de la CEDEAO

Le comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO et les représentants des facilitateurs ont obtenu l'accord de l'opposition pour la désignation de ses représentants au sein de la CENI.

La tenue des élections législatives prévues pour le 20 décembre prochain se précise peut-être au Togo.

Le pouvoir et l'opposition se sont mis d'accord pour la recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Les deux parties vont choisir chacune, conformément au code électoral en vigueur au Togo, 5 représentants aux seins des partis parlementaires et 3 représentants au sein des partis extraparlementaires d'ici le 30 septembre 2018. "Les efforts des facilitateurs et de leurs représentants ont permis d'avancer, avec des réponses satisfaisantes par rapport aux préoccupations qui avaient été exprimées la dernière fois", explique Gilbert Bawara, ministre au sein du gouvernement togolais à l'issue de la réunion du comité.

Il espère que cela mettra fin aux tensions au sein de la classe politique. "Je crois que la réunion d'aujourd'hui marque une bonne étape, à la fois dans la décrispation et la détente du climat socio-politique. Le processus électoral va se poursuivre également dans un élan d'inclusion et de participation plus grande de toutes les parties prenantes."

Le recomposition de la CENI oui, mais....

L'opposition n'est pas totalement satisfaite. Pour Dodji Apevon président du FDR et membre de la coalition des 14 partis de l'opposition, si la recomposition de la CENI est un acquis, il reste encore des points à discuter pour avancer.

"Maintenant, il y a d'autres préoccupations liées à la CENI que nous avons soulevées qui ne sont pas encore réglées. Il faut que les démembrements de la CENI soient refaits, il faut que les comités de listes et cartes également soient refaits conformément à l'équilibre que nous avons recherché au niveau de la CENI. Donc, c'est des problèmes que nous allons régler."

Dodji Apevon estime, par ailleurs, que la date du 20 décembre fixée par la feuille de route de la CEDEAO pour les élections législatives est indicative.

"Si le chronogramme permet de les tenir, on les tiendra. Si le chronogramme ne le permet pas, on ne va pas rester figer et faire quelque chose de bancal. L'essentiel, c'est d'avoir des élections justes , crédibles et équitables."

Le comité de suivi a, au cours de la réunion de dimanche présenté aux deux partis, des experts électoraux et un expert constitutionnaliste de l'organisation communautaire pour accompagner le processus électoral au Togo. Ces experts démarrent leur mission ce lundi 24 septembre.

En savoir plus

Crise politique - Est-on enfin sur la bonne voie ?

En ce moment, la classe politique togolaise est en train de faire renaître l'espoir pour tous ceux qui affichaient… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.