24 Septembre 2018

Burkina Faso: Le Niger sollicite l'accompagnement des autorités burkinabè

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a reçu en audience le samedi 22 septembre 2018 à Ouagadougou, le ministre nigérien du Commerce et de la Promotion du secteur privé, Seydou Sadou. L'envoyé spécial du Premier ministre nigérien était porteur d'un message aux autorités burkinabè pour demander leur accompagnement dans l'approvisionnement du Niger après l'effondrement d'un pont à Malanville, un corridor « très important » pour l'approvisionnement de ce pays à partir du Benin.

70% des approvisionnements du Niger en marchandises diverses transitent par le corridor béninois. Avec l'effondrement d'un pont à l'entrée de Malanville, la situation est devenue critique en matière d'approvisionnement de ce pays (le port le plus proche est celui de Cotonou, situé à environ 1000 Km du Niger).

Le peuple nigérien à travers la voix de son ministre en charge du commerce demande le soutien du pays frère et voisin, le Burkina Faso. La sollicitation a été officiellement faite au Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba, le 22 septembre 2018 à Ouagadougou.

Pour Seydou Sadou, l'effondrement de ce pont va engendrer des situations un peu difficiles sur le plan de l'approvisionnement et avec des coûts supplémentaires qui nécessitent que le Niger sollicite l'intervention du Burkina Faso pour maîtriser ces coûts qui risquent d'avoir des impacts sur le prix des marchandises à la consommation.

A ce jour, près de 1 300 camions à destination du Niger sont en stationnement au Bénin et devront désormais transiter par le Burkina Faso. Les autorités nigériennes souhaitent du Burkina Faso, des mesures d'accompagnement en termes d'organisation d'escortes, et d'allègement des charges liées à la traversée du territoire burkinabè.

« Nous avons remis ce message et Son Excellence nous a promis le soutien traditionnel que nous connaissons du Burkina qui nous a toujours soutenu dans des situations difficiles », a ajouté le ministre nigérien en charge du commerce.

Concrètement, a dit le ministre à sa sortie d'audience, le Niger attend du Burkina Faso, l'organisation d'escortes, qui devraient permettre de maîtriser les coûts ainsi que l'allègement du fonds de solidarité pratiqué dans l'espace communautaire (0,25%) pendant cette période « exceptionnellement difficile » pour son pays.

Burkina Faso

Une stèle en hommage à Thomas Sankara

La première pierre a été symboliquement déposée lundi 15 octobre, à l'occasion… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.