24 Septembre 2018

Congo-Kinshasa: Massacre de Beni - La société civile exige une enquête indépendante et urgente

L'appel lancé en direction de la Mission onusienne en RDC par la Coalition de trente-trois ONG pour le respect de la Constitution devra permettre d'identifier les auteurs et complices des crimes commis et les faire poursuivre en justice.

La Coalition de 33 ONG pour le respect de la Constitution (CRC) a condamné, le 24 septembre dans une déclaration, le massacre de plusieurs personnes le 22 septembre dans la soirée, à Beni, par des présumés ADF-Nalu. Un massacre « qui s'ajoute à plusieurs autres commis déjà à Beni et ses environs depuis plus de quatre ans ».

Tout en dénonçant fermement l'incapacité du gouvernement de la RDC à assurer la protection des personnes et leurs biens à Beni et dans ses environs, la CRC note que le bilan provisoire au 24 septembre était de vingt-cinq personnes tuées dont vingt civils et cinq militaires. Ce regroupement d'ONG dénombre également vingt-cinq blessés graves; quatre maisons incendiées, plusieurs véhiculés endommagés, des biens pillés ainsi que des dizaines de personnes enlevées.

La CRC relève, en outre, que cette insécurité généralisée est consécutive à la mauvaise gouvernance des ressources financières et logistiques affectées au maintien de la sécurité et au refus par le gouvernement d'appliquer l'Accord politique global du 31 décembre 2016- qui a pour objectif principal le règlement définitif de la crise politique et la mobilisation de toutes les forces vives du pays dans la défense du territoire national. « La communauté internationale doit exiger la mise en en œuvre immédiate de l'Accord de la Saint-Sylvestre, notamment son volet des mesures de décrispation politique afin de créer un climat de détente politique et provoquer l'implication de tous les leaders politiques dans la recherche de la solution durable à l'insécurité qui règne à Beni et ses environs », a déclaré le coordonnateur de la CRC, Me Georges Kapiamba.

Cette coalition appelle également les membres des Nations unies, réunis à la 73e session de l'Assemblée générale, à New York, de se pencher sur la crise politique de la République démocratique du Congo (RDC) et ses conséquences éventuelles sur la stabilité du pays et la région des Grands lacs. La CRC attend également d'eux une mise en garde sévère aux dirigeants politiques de la RDC qui s'érigent en obstacle à l'application de l'Accord de la Saint-Sylvestre, au nom d'une certaine souveraineté quant aux sanctions individuelles qu'ils pourront subir.

Congo-Kinshasa

Kabila n'exclut pas un retour en 2023

L'interrogation en surtitre de cet article est suscitée par le fait qu'un dauphin du président Joseph… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.