25 Septembre 2018

Sénégal: Mamadou Alassane Camara, directeur des routes sur la grève des gros-porteurs - «L'Etat a eu à faire une concession énorme pour accompagner les transporteurs»

Pour le directeur des routiers, Mamadou Alassane Camara, l'Etat du Sénégal, a fait d'énormes efforts pour faciliter la mise en œuvre du Règlement 14 de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) aux transporteurs. Car, l'amende à l'origine de la grève, a été réduit au cinquième (1/5) de la somme édictée par l'UEMOA.

«Le Règlement 14 a été édicté par les Etats membres de l'UEMOA qui ont décidé de l'application de ce règlement pour la préservation des infrastructures routières et favoriser le développement de l'activité économique. C'est dans ce but que l'Etat, qui a le droit de mettre en œuvre des règles qui permettent de protéger ces ouvrages, a décidé de se conformer aux décisions de la réunion des ministres qui s'est tenue à Niamey le 21 juin dernier. Ce qui a été décidé lors de cette réunion des ministres, c'est l'application progressive du règlement. Les ministres des Infrastructures ont décidé, dès lors, sur conseil des experts, d'accorder une tolérance de 20% au-delà desquels toute surcharge est délaissée.

Pour les contrevenants, l'amende est faite conformément à ce qui est prévu par le règlement. C'est-à-dire pour le trafic national, l'amende c'est 20.000 F Cfa par tonne de surcharge. Pour le trafic international, c'est 60.000 par tonne de surcharge. Après une dizaine de jours de mise en œuvre, le ministère, à travers la Direction des routes, a convoqué une réunion pour faire une évaluation de l'application de la mesure.

Lors de celle-ci, on a d'abord tenu à informer les transporteurs de la situation qui sévit dans la sous région. Il faut reconnaître qu'en dehors du Togo qui est en avance sur tous les Etats de l'Union, le Sénégal est le seul Etat à avoir démarré l'application des mesures telle que prévu par la réunion de Niamey. Nous-mêmes, nous avons saisi l'UEMOA pour que la concomitance soit de rigueur dans l'application pour éviter une concurrence déloyale entre non seulement les acteurs du transport, mais aussi entre les différentes plateformes comme par exemple, les différents ports. On a invité les acteurs à une réunion.

Le sujet a été discuté en long et en large. Ce qui est revenu est que l'amende était trop élevée (20.000 F Cfa par tonne de surcharge au niveau national et 60.000 F Cfa par tonne de surcharge à l'international). Ce que nous avons fait à partir de cet instant, c'est de leur dire que nous sommes quandmême obligés, compte tenu de l'investissement que l'Etat du Sénégal a engagé, de préserver les routes. Au regard de ces deux considérations, ce qui a été retenu est d'accorder la tolérance de 20% de charge instauré par le Règlement 14. Au-delà de ces 20%, on procède au délestage.

Pour ce qui est des amendes, on les a baissé jusqu'au cinquième. C'est-à-dire, là où le règlement avait demandé aux transporteurs de payer 20.000 F Cfa, le Sénégal requiert le cinquième du montant. C'est-à-dire 4000 F Cfa et là ou il était demandé 60.000 F Cfa par tonne de surcharge, le transporteur paye 12.000 F Cfa. C'est une concession énorme que l'Etat du Sénégal a eu à faire pour accompagner les transporteurs.

Au sortir de la réunion tenue avec les transporteurs, il y avait une satisfaction de l'ensemble des participants, je suis surpris d'entendre, par voix de presse, qu'il y aura une grève et que l'Etat n'a pas respecté ses engagements. Il n'y avait pas un seul acteur qui m'a dit que je ne suis pas d'accord. C'était une réunion conviviale et un certain nombre de choses ont été arrêtés. Ce sont ces mesures qui sont entrain d'être édictées depuis le 13 septembre au niveau des postes de péage. Quand on est sorti de la réunion, il n'y a aucun acteur qui a dit que ce qu'on a arrêté n'était pas quelque chose de bien.»

Sénégal

Résurgence de la dengue au Sénégal

La dengue inquiète les populations dans plusieurs localités du Sénégal. Depuis quelques… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.