25 Septembre 2018

Mali: Les magistrats grévistes menacent de sortir une affaire de corruption

En réponse à la suspension de leurs émoluments, les deux syndicats de la magistrature malienne ont publié une lettre menaçant de sortir au grand jour une affaire de corruption dans le nord du pays.

Ce 24 septembre, au Mali, le ministère des Finances a suspendu le salaire des magistrats en grève illimitée depuis le 3 août dernier pour demander une meilleure sécurité sur toute l'étendue du territoire et une revalorisation salariale. En réponse, le Syndicat autonome et le Syndicat libre de la magistrature ont envoyé un message d'avertissement au ministère des Finances.

« Ceux qui prônent l'exemplarité doivent être les premiers à l'abri de tout reproche », écrivent ces organisations qui « exigent que la lumière soit faite autour de trois milliards et demi de francs CFA [4 millions d'euros], curieusement évaporés à l'hôtel des finances à l'occasion du soi-disant dédommagement d'un opérateur économique suite à la crise dans le nord du pays ».

Moyen de pression

La lettre reste évasive. Elle n'évoque pas le nom de l'entreprise, ni même son secteur d'activité, pas plus que la ville du nord du Mali où elle aurait été installée. Certaines de ces informations seraient détenues pas les magistrats. Les deux syndicats sont réunis depuis ce 25 septembre au matin afin de discuter de la stratégie à suivre.

Sur les réseaux sociaux, les Maliens s'interrogent sur l'opportunité d'utiliser une affaire judiciaire en cours comme moyen de pression dans un conflit social. Le ministère des Finances quant à lui n'a pas commenté.

Mali

Suspension du débat sur l'enseignement de l'éducation sexuelle

Par souci d'apaisement, le gouvernement malien a décidé de suspendre un atelier de réflexion sur… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.