Bénin: Annulation de la taxe internet - Une stratégie pensent les consommateurs

25 Septembre 2018

Le revirement du gouvernement béninois dans la mise en œuvre de la réforme des services de communication électronique est perçu par les associations de consommateurs comme un repli tactique du pouvoir de Patrice Talon.

Depuis le mercredi 19 septembre que le décret portant introduction d'une contribution sur la consommation des services de communication électroniques fournis par les réseaux sociaux ouverts au public a été mis en application, les populations se sont mobilisées pour exprimer leur colère et leur indignation. Les prix de l'accès à internet ont connu une hausse vertigineuse contraignant la majorité des consommateurs à recourir à des services alternatifs.

Le poids de la mobilisation de la population

Mais face aux incessantes menaces de soulèvement, le gouvernement a dû suspendre la mesure. Le président de l'association "la voix des consommateurs" s'en réjouit. Robin Accrombessi explique que c'est la diplomatie des associations de consommateurs qui a permis au gouvernement de percevoir la gravité de la situation.

"La colère des consommateurs et des autres organisations de la société civile a joué un rôle déterminant, de sorte que la conjonction de ces deux actions a permis au gouvernement d'avoir une oreille attentive ; parce que nous ne sommes pas sans savoir que c'est un régime qui, quand il veut foncer il fonce. Quelques propos du chef en témoignent."

Le gouvernement peut revenir sur sa décision...

Les autorités estiment, et l'ont fait d'ailleurs savoir à travers un communiqué, que c'est plutôt les modalités de mise œuvre de la mesure par les opérateurs Gsm qui sont de nature à rompre l'économie globale du secteur au détriment des consommateurs, en particulier les plus modestes. Ce n'est donc pas une volte-face du pouvoir pense Richard Gbaguidi, membre du comité de pilotage de la TNT et expert en numérique à la présidence de la république.

"Le gouvernement a voulu, compte tenu de l'urgence de la mise en œuvre de certains projets, accélérer le processus. Malheureusement, même quand on accélère, il est important que le peuple comprenne l'intérêt de cet effort. Il y a eu déphasage à ce niveau, et ça je trouve que le président a été sage à ce niveau-là, il préfère calmer les ardeurs pour voir quelles stratégies mettre en œuvre la prochaine fois."

Ce qui signifie clairement que tôt ou tard cette taxation finira par être appliquée au Bénin. Le président de l'association "la voix des consommateurs" semble en avoir conscience.

"C'est bonnet blanc-blanc bonnet, parce que la décision du gouvernement a été claire. On suspend d'abord le décret, un comité constitué de l'Arcep, des associations de consommateurs et des Gsm sera mis sur pied, ainsi que d'autres parties prenantes, donc de nouvelles stratégies seront identifiées pour pouvoir résoudre le problème du gouvernement qui reste toujours la mobilisation de ressources financières. En claire je ne peux pas garantir aux consommateurs que la guerre est finie", nous confie Robin Accrombessi.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.