26 Septembre 2018

Afrique: Le Maroc plaide pour des approches innovantes afin de faire avancer le multilatéralisme

Le Premier ministre du Maroc, Saad-Eddine el Othmani, a déclaré mardi que le moment était venu de trouver des approches innovantes pour faire avancer le multilatéralisme, qui connaît une crise conceptuelle.

Pour ce faire, a-t-il dit dans son discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, il faut rendre les organisations internationales plus efficaces et mieux à même de s'adapter aux changements du monde. Il a invité la communauté internationale à se souvenir de deux moments historiques qui ont permis à l'ONU d'avancer: la première mission de maintien de la paix de l'ONU créée il y a 70 ans, et la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée le 10 décembre 1948 qui a ouvert la voie à d'autres instruments importants.

Le Premier ministre marocain a estimé que le monde a plus que jamais besoin d'une approche consensuelle pour faire face à des défis comme les changements climatiques ou la question des migrations. Il a rappelé qu'à la Conférence des États parties à la Convention-cadre des Nations Unies (COP 22) en 2016 au Maroc, les engagements de l'Accord de Paris sur la protection de l'environnement avaient été renforcés.

Il a également rappelé que la communauté internationale allait une nouvelle fois se retrouver au Maroc, les 10 et 11 décembre prochains, pour adopter le Pacte mondial pour les migrations qui sont, pour le Maroc, une dynamique importante pour le développement des sociétés.

M. El Othmani a ensuite invité les Nations Unies à relancer le processus politique visant à la création d'un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale. Il a rejeté toute idée de porter atteinte au statut juridique et historique de la vieille ville. Il a par ailleurs dénoncé « l'ingérence de certaines puissances dans les affaires intérieures des pays arabes » et demandé à ces puissances, qu'il n'a pas nommées, de mettre fin à des pratiques contraires au droit international.

S'agissant du Sahara occidental, « source d'instabilité et obstacle à l'intégration du Maghreb », le Premier ministre a demandé à l'Algérie de « prendre ses responsabilités politiques et historiques ». « C'est bien l'Algérie qui a créé cette crise », a-t-il affirmé, avant de réitérer le soutien de son pays aux initiatives du Secrétaire général de l'ONU et de son Envoyé personnel.

Maroc

Des jeunes jugés pour avoir manifesté après la mort d'une migrante

Dix-neuf supporters marocains, dont dix mineurs, comparaissaient mercredi 17 octobre devant le tribunal de… Plus »

Copyright © 2018 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.