26 Septembre 2018

Togo: Répression - La famille de Joseph Kokou Zoumekey, 13 ans, réclame justice

Photo: Télégramme 228
11 OSC togolaises intransigeantes sur le retour à la Constitution de 1992.

Au Togo, la famille de Joseph Kokou Zoumekey demande justice. Il y a un an, des manifestations monstres à l'appel de la coalition de l'opposition réclamaient les réformes politiques dans les rues de la capitale, Lomé, et à travers le pays. Officiellement, dix personnes sont mortes, dont le petit Joseph Kokou Zoumekey, alors âgé de 13 ans. Un an après, son corps est toujours à la morgue. Mardi 25 septembre, ses parents faisaient face à la presse pour dévoiler le résultat de l'autopsie et demander justice.

Le 18 octobre 2017, la rue grondait à Lomé et à travers tout le pays. Les Togolais étaient descendus dans les rues et réclamaient des réformes politiques. La répression ce jour-là a été sévère. Les forces de l'ordre et de défense munies de matraques et d'armes sévissaient dans tous les quartiers, particulièrement à Bè-Kpota au nord-est de la ville. Dans cette répression, le petit Joseph Kokou Zoumékey, élève en classe de 6e, trouve la mort.

« Quand je suis allé voir mon fils, il avait du sang plein la poitrine, témoigne son père. On l'a couché. Il n'était plus vivant. "Mais que s'est-il passé ?" leur ai-je demandé. On m'a dit qu'il a été tué avant qu'on ne le rapporte et on m'a demandé d'aller enterrer la dépouille. "L'enterrer, mais pourquoi ?" ai-je demandé. "Je ne comprends pas. C'est mon fils qui est mort ! Je veux savoir ce qui s'est passé." Nous avons alors déposé le corps à la morgue. Ensuite, nous sommes allés déposer une plainte chez le procureur qui nous a promis de suivre le dossier. »

Le corps du petit Joseph Kokou Zoumekey est resté à la morgue jusqu'au 13 juillet, jour où le procureur a annoncé à sa famille le résultat de l'autopsie, selon lequel l'enfant présentait des lésions d'une mort violente par arme à feu. « Nous savons maintenant de quoi il est mort, déclare Hola, le grand frère de Joseph. Qu'est-ce que nous attendons ? Nous attendons la justice. » La dépouille du petit Joseph Kokou Zoumekey sera inhumée le 29 septembre à Lomé.

Togo

La lutte contre la pauvreté s'intensifie

61.000 foyers dans 585 villages les plus défavorisés recevront tous les trois mois pendant 2 ans deux ans,… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.