Sénégal: Naufrage du Joola, 16 ans après - Vers une vraie première commemoration sous l'ère Macky

Photo: Sudonline
Des parents des victimes du "Joola" devant l'exposition des photos des personnes disparues dans le naufrage.
26 Septembre 2018

26 septembre 2002, 26 septembre 2018, voilà 16 ans jour pour jour que le Sénégal, à travers le bateau «MS/Le Joola», entrait tristement dans l'histoire en enregistrant la plus grande catastrophe maritime que l'humanité n'ait jamais connu.

Seize (16) ans après le naufrage du bateau Le Joola, la stratégie de l'usure dans laquelle s'est inscrit l'Etat, à travers les différents gouvernements successifs, notamment ceux du régime du président Macky Sall, n'entame en rien la détermination des familles des victimes à lutter contre... l'oubli. Ainsi, durant 15 années, les commémorations se suivaient et se ressemblaient, notamment à Ziguinchor qui a payé un lourd tribut du drame du «Joola».

Entre visite au cimetière mixte de Kantène où reposent plusieurs victimes puis le port de Ziguinchor qui abrite la cérémonie officielle, au cimetière de Mbao à Dakar, dépôt ou jet de gerbes de fleurs dans le fleuve à port de Ziguinchor d'où était parti le navire et prières, conférences de presse des familles des victimes et des rescapés, c'est le même rituel chaque année avec le même discours prononcé ou presque du point de vue contenu. En effet, les familles des victimes dépoussiéraient les vieilles doléances, remettant sur la tables leurs préoccupations majeures qui tournent autour du renflouement du bateau, la prise en charges des pupilles de la nation en tenant compte du caractère rétroactif de la loi (sur les pupilles de la nation) ou encore le vote d'une loi instituant le 26 septembre «Journée des patriotes» ou «du Souvenir aux naufragés du Joola»...

Quid de la justice, des projets de Mémorial-musée dédié aux victimes et de train express ou voie de contournement Dakar-TambacoundaKolda-Ziguinchor? De son côté, le gouvernement dépêchait un ministre de la République, souvent celui des Forces armées ou celui de la Pêche ou de l'Economie maritime avec en bandoulières les «solutions» du gouvernement qui «fait des efforts». Cependant, pour l'an XVI de ce drame, les autorités ont donné des gages. En conseil des ministres la semaine dernière, mercredi 19 septembre 2018, le président Macky Sall a demandé au gouvernement de prendre, en relation avec les familles des victimes et des rescapés, toutes les dispositions nécessaires pour une meilleure commémoration, notamment à Ziguinchor, de l'anniversaire du naufrage du Joola.

Aussi a-t-il rappelé au gouvernement, à cet égard, «l'impératif de finaliser le projet du Mémorial dédié aux victimes, de renforcer le soutien social aux pupilles de la Nation, aux rescapés et aux familles des victimes, de consolider le développement économique et social durable, ainsi que le désenclavement de la région naturelle de la Casamance». Une sortie qui est toutefois diversement appréciée au sein des différentes associations de familles des victimes sénégalaises.

M/S LE JOOLA : Identité du Bateau sénégalais qui a coulé avec 1863 passagers

Les familles des victimes sénégalaises et étrangères du naufrage du bateau «Le Joola» vont commémorer l'an XVI de la plus grosse catastrophe maritime de l'histoire de l'humanité. Occasion pour nous de revenir sur «l'identité» du ferry sénégalais qui a coulé au large de la Gambie, emportant avec lui 1863 personnes officiellement, 64 survivants ont été dénombré.

Le Bateau «M/S Le Joola» était un navire à passagers construit en 1990 aux chantiers navals Allemands de Germersheim, dans le cadre d'un contrat de prêt entre le gouvernement du Sénégal et la KFW d'Allemagne pour un coût d'acquisition de l'ordre de 4 milliards de F CFA. Il a été réceptionné officiellement par le Sénégal le 12 novembre 1990, avant d'être régulièrement immatriculé à Dakar sous le n°DAK850, avec la mention Ziguinchor comme port d'attache. Il a été construit sous la surveillance du Bureau Véritas, selon son règlement technique, pour un classement 3/3 Eaux Côtières. Ce qui a pour conséquences: une réduction réglementaire de l'échantillonnage, mais aussi une limitation de la navigation maritime à 6 heures de la côte, soit, à 14 nœuds, à 84 nautiques du port le plus proche. C'était un navire transbordeur à passagers, pouvant donc transporter des personnes et des véhicules dans le garage.

Pour les sièges, il comptait 50 places en cabine pour les passagers, 44 places en cabine pour l'équipage et 150 places en fauteuil Pullman pour les passagers. S'y ajoutent également 350 places en deux (2) compartiments pour les passagers de la 3e classe, un pont garage d'une capacité maximale de 35 véhicules légers, un PC machine situé au premier pont, une (1) passerelle au 3e pont à l'avant du navire. En ce qui concerne les caractéristiques dimensionnelles, ce navire en acier pesait en jauge brute 2087,76/tonneaux, en jauge nette 1532,77/tonneaux. Sa longueur hors tout était d'environ 79,50 m, sa longueur sur la ligne flottaison de 73,60 m, sa longueur entre perpendiculaires de 71,65 m et sa largeur hors membrures de 12,50 m.

Son creux de côte pont principal était de 4,10 m (pont cloison) alors que le tirant d'eau maximum était de 3,10 m. Sont port en lourd est évalué à 500 tonnes. La valeur du franc-bord (1008 mm) importante pour un navire de ce type, parce que lui assurant une meilleure flottabilité, se justifie par le fait que la longueur du garage est limitée au niveau du pont principal, à 46 m à partir de l'arrière. Le reste de la longueur vers l'avant, soit 28 m, était affecté à des locaux à passagers. Pour ce qui est des autres caractéristiques, Le Joola comprenait 2 moteurs principaux MAN de 2 x 1200 KW, 3 groupes électrogènes dont un au pont supérieur de 310 KVA, 1 groupe électrogène installé au pont arrière. Il y avait aussi 22 radeaux de sauvetage gonflables de 25 personnes chacun pour lesquels le système de largage automatique est requis, 12 bouées de sauvetage, 667 gilets de sauvetage, et d'autres équipements de passerelle (pour la navigation, la sécurité) et tous les équipements radio, etc. Sa vitesse était de 14 nœuds.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.