Afrique du Nord: L'ONU veut relancer le dialogue sur le Sahara occidental

Photo: RFI
Carte Maroc et Sahara occidental

Dans une lettre envoyée vendredi 28 décembre au Maroc et au Front Polisario, ainsi qu'à l'Algérie et la Mauritanie, l'envoyé spécial des Nations unies leur propose de se retrouver les 5 et 6 décembre prochains à Genève. C'est la première fois que les acteurs du conflit se retrouveraient autour d'une table depuis 2012. Les parties ont jusqu'au 20 octobre pour donner leur réponse.

C'est la percée diplomatique la plus significative depuis des années pour un règlement politique au Sahara occidental. En avril 2018, le conseil de sécurité avait suscité la surprise en renouvelant uniquement pour six mois la Minurso, la mission de l'ONU dans la région et en réclamant aux deux parties, le Maroc et le Front Polisario, d'engager de nouveaux pourparlers sous la houlette de l'envoyé spécial Horst Kholer.

La pression, exercée notamment par les Etats-Unis, semble avoir fonctionné : A quelques semaines de la date limite fixée au 31 octobre, une invitation formelle a été envoyée aux deux parties ainsi qu'à la Mauritanie et à l'Algérie pour se retrouver à Genève les 5 et 6 décembre. Pour un diplomate proche du dossier, il s'agirait plus d'un tour de table pour discuter du cadre des négociations que de pourparlers de paix.

Horst Kholer a pu profiter de l'assemblée générale de l'ONU, qui se tenait cette semaine, pour s'entretenir directement avec le ministre des Affaires étrangères de la région ainsi qu'avec le numéro 3 de la diplomatie américaine. L'Algérie - qui a toujours rejeté les négociations directes réclamées par Rabat - n'aurait pas exclu d'accompagner le Front Polisario et le Maroc dans leurs discussions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.