Madagascar: Aznavour 1924-2018

Charles Aznavour : 22 mai 1924 - 1er octobre 2018. Il revenait encore d'une tournée au Japon et était attendu à Bruxelles (Belgique), pour le 26 octobre... à 94 ans !

Charles Aznavour, 1300 chansons. Mais, ce n'est pas le plus important pour ceux qui auront aimé, partagé, chantonné (pas avec le même talent que celui de véritablement chanter) une seule des chansons de celui que la presse anglaise avait pu surnommer à ses débuts «Aznavoice», celui qui n'a pas de voix.

Mais, c'était il y a plus de soixante ans. Lui, à cette époque, se voyait déjà «en haut de l'affiche». De «Je m'voyais déjà» en 1961, à «J'abdiquerai», 2008, dans laquelle il brocarde gentiment «Ce grand César d'honneur qu'est déjà un visa pour le Père-Lachaise», il n'aura jamais douté avoir du talent.

Moi, c'est par mes chansons que j'ai mendié la gloire. J'étais certain qu'un jour je deviendrai l'artiste.

Reconnu de ses pairs et comblé de bravos. Le pire et le meilleur j'en ai fait mon affaire

Trois ou quatre ans d'adieux

C'est à peu près j'estime

Ce qu'il me faut donner comme soirée ultime

Charles Aznavour avait clamé qu'il ne ferait jamais une tournée d'adieu. Presque le signal d'une série de commémorations. Comme si tout le monde prenait la précaution d'en organiser de son vivant. C'était même devenu un marronnier de la chanson populaire que de faire du Charles Aznavour avant que ce ne soit à titre posthume.

«Sur ma vie» (1956), «Je m'voyais déjà» (1961), «La Mamma» (1963), «Hier encore» (1964), «La Bohême» (1965), «Mes emmerdes» (1976) et donc «J'abdiquerai» (2008). Ses paroles et ses mélodies l'auront fait mentir : il parlait certes d'un temps mais que les moins de vingt ans peuvent tout à fait connaître.

Pour un temps plus ancien, et beaucoup plus méconnu, celui du génocide arménien perpétré en Turquie, il nous aura laissé ces autres mots : «Ils sont tombés, sans trop savoir pourquoi. Ils sont tombés pudiquement, sans bruit. Par milliers, par millions, sans que le monde bouge. Moi, je suis de ce peuple qui dort sans sépulture. Qui choisit de mourir sans abdiquer sa foi. Qui n'a jamais baissé la tête sous l'injure. Qui survit malgré tout et ne se plaint pas».

Charles Aznavour aimait le pays de ses ancêtres, et c'était aussi le message. Les siens se reconnaissaient en lui, tandis que les autres se faisaient une idée des siens par lui.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.