2 Octobre 2018

Afrique: Quelles conditions pour redresser le continent ?

Spécialiste de l'histoire africaine, Pr Joseph Ki-Zerbo, propose dans son livre « Repères pour l'Afrique », des méthodes pour un développement endogène du continent.

Le véritable développement suppose l'intégration africaine, laquelle est tributaire de la conquête de l'identité culturelle. Tel est le postulat de base du livre « Repères pour l'Afrique » de feu Professeur agrégé d'Histoire, Joseph Ki-Zerbo. L'objectif de cet ouvrage vise à « désenchaîner les consciences et les subconscients », selon son auteur.

Pour ce faire, l'opus s'articule autour de quatre thèmes fondamentaux, à savoir l'historicité de l'Afrique, l'identité africaine et l'éducation africaine, le développement endogène et l'unité africaine. Il souligne que le fait de prendre conscience de son histoire est un signe de renaissance pour un peuple. « Nous devons remonter aux sources, et jusqu'aux plus lointaines et élucider la question de l'antériorité et du sens du courant d'influence », soutient-il.

Selon lui, pour réaliser un auto-développement (endogène), il faut adopter la stratégie juste pour atteindre la maturité historique à travers l'intégration africaine, seule condition d'une globalisation viable et valable. Toutefois, il reste convaincu que ce développement passe d'abord par l'identité culturelle. Celle-ci se définit, selon le Pr. Joseph Ki-Zerbo, comme le processus qui englobe le passé, le présent et l'avenir.

« La culture, c'est l'histoire en marche. L'identité culturelle, c'est la vie ; c'est le lieu d'une lutte sans merci pour la défense des valeurs suprêmes et l'avènement d'une néo-culture », justifie-t-il.

La question de la pertinence de l'école par rapport à la société africaine a été également posée dans son ouvrage. Sans ambages, l'auteur affirme que l'école africaine, actuellement, n'est pas suffisamment adaptée aux besoins des sociétés africaines dans la sphère du vivre, du survivre, et des raisons de vivre.

En prenant l'exemple du Japon et de l'Allemagne qui intègrent des valeurs cardinales telles que le sens de l'altérité et la fidélité à la parole donnée, l'auteur indique que l'Afrique peut s'ouvrir au développement endogène.

Pour lui, ce type de développement est défini comme le passage de soi à soi à un niveau supérieur, un mixte dans la verticalité du temps entre l'ancien et le nouveau et dans l'horizontalité de l'espace. D'où sa célèbre boutade "on ne développe pas, on se développe".

Et il n'y a pas, ajoute-t-il, de développement clé en main, mais le développement clé en tête (changement de mentalité). En termes de perspective, trois impératifs peuvent permettre à l'Afrique d'amorcer un tournant qualitatif et positif. « Il s'agit de l'ancrage dans ses cultures, de l'intégration africaine et de l'Etat de droit. Telles sont les conditions fondamentales nécessaires et suffisantes pour un véritable redressement africain », explique Pr Ki-Zerbo.

La base socioculturelle, selon lui, se traduit par une affirmation concrète de soi qui doit s'exprimer, entre autres, dans l'utilisation des langues africaines, le droit privé, l'art, la religion, l'éducation, la recherche, le sport et le rapport à la nature et entre les sexes. L'auteur fustige, ipso facto, l'émiettement actuel de l'Afrique.

Car, cette situation, estime-t-il, constitue un obstacle fondamental au redressement économique du continent. D'où, l'importance d'une intégration africaine réelle. Quant à l'Etat de droit, il consiste à assurer un minimum de droits humains (liberté et justice) et à instaurer une règle commune transcendant les personnes et les groupes ethniques.

Afrique

Sommet de l'UA à Addis-Abeba - L'avenir de l'institution en jeu

Certains analystes le présentent comme la dernière occasion de réformer l'Union africaine. Les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.