3 Octobre 2018

Angola: La vitalité des économies africaines dépend du potentiel maritime

Luanda — La vitalité des économies des États membres de l'OMAOC (Organisation maritime de l'Afrique de l'Ouest et du Centre), organisme auquel l'Angola est membre, dépendra dans une large mesure de projets gouvernementaux visant à développer tout le potentiel maritime disponible, a considéré mercredi, à Luanda, le ministre des Transports, Ricardo de Abreu.

Selon le ministre, les administrations maritimes, quels que soient leurs nature et système d'organisation, constituent le grand soutien des Gouvernements, à qui elles confient la formulation et l'application de politiques nationales relatives aux formes d'exploitation et d'utilisation rationnelles des ressources.

S'exprimant à l'ouverture du deuxième séminaire de réflexion sur l'autonomisation desa marines marchandes de l'espace de l'OMAOC, qui se déroule jusqu'à jeudi, Ricardo de Abreu a souligné qu'il était extrêmement important que les administrations maritimes puissent s'acquitter efficacement de leurs tâches.

Il a dit que la République d'Angola était ouverte à toutes les actions visant à rapprocher les États africains, en vue du développement de la coopération Sud-Sud, étant dans ce contexte membre de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), de la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC) et de la Conférence internationale pour la paix et la sécurité dans la région des Grands Lacs, qu'il a présidée de janvier 2014 à octobre 2017.

Le ministre a expliqué que dans le domaine maritime, l'Angola abrite le siège de la Commission du golfe de Guinée (CGG) et contribue aux efforts de la sous-région pour lutter contre l'insécurité maritime.

"Nous poursuivons les objectifs de l'OMAOC, que nous présidons depuis de nombreuses années et nous garantissons jusqu'à présent la représentation permanente de l'institution auprès de l'Organisation maritime internationale à Londres, sans compter que nous sommes l'un des plus gros contributeurs au budget de fonctionnement de l'organisation. C'est un haut responsable angolais qui dirige l'OMAOC depuis l'assemblée générale de 2011 à Kinshasa ", a-t-il indiqué.

Selon le gouvernant, le ministère des Transports, qui a de grandes ambitions pour le transport maritime, a demandé à l'Institut maritime et portuaire d'Angola (IMPA) d'élaborer une politique axée sur la modernisation des infrastructures, la connectivité des ports avec d'autres modalités de transports pour desservir l'intérieur du pays et les états voisins. L'IMPA avait également pour mission d'encourager le secteur privé à investir dans l'industrie navale, les services d'appui nautique et la gestion des ports, la promotion de partenariats, en particulier avec les agences et organisations internationales qui permettent le développement de l'activité de la marine marchande en Angola, de façon sûre et compétitive, basée sur les meilleures pratiques internationales.

Pour sa part, Alain Michel Luvambano, secrétaire général de l'OMAOC, a déclaré que tout au long du séminaire, les délégués analyseront le projet de résolution sur l'autonomisation des marines marchandes à soumettre à l'approbation des Ministères des Transports lors de la 8e session du Bureau, pour adoption ultérieure à la 15e Assemblée générale qui se tiendra en 2019 au Ghana. Il a cité comme défis l'organisation, la garantie aux investisseurs nationaux et internationaux de l'application de capitaux, la création de compagnies de transports maritimes et leurs activités connexes, ainsi que l'exploitation des ressources marines. Alain Michel Luvambano comprend que ces défis se joignent à la lutte contre la pêche illégale non réglementée et non déclarée qui appauvrit les eaux et prive la population locale de protéines animales.

Selon le Secrétaire général, l'OMAOC estime qu'il est nécessaire de prévenir et de lutter contre la pollution et l'érosion marine, ce qui devrait permettre aux pays de tirer parti de la richesse que la mer et ses ressources offrent à l'humanité.

L'Angola a une extension maritime de 1 600 km, une position géographique qui a permis au pays de développer son potentiel maritime grâce à l'exploitation de ressources minières offshore, à la pêche, à la construction de ports maritimes, ainsi qu'à la création de sociétés de transport maritime.

Le 2e séminaire de réflexion sur l'autonomisation des marines marchandes de l'espace de OMAOC a pour objectif de réfléchir avec les États membres de l'OMAOC sur une nouvelle vision qui rendra les administrations maritimes plus autonomes, tant dans leur organisation structurelle, que dans la mobilisation des ressources pour financer des projets, des politiques maritimes et acquérir le matériel nécessaire pour mener à bien les missions.

Angola

Expulsés d'Angola, des Congolais plongés dans la misère au Kwango

Depuis le mois d'octobre 2018, des milliers des Congolais, de l'Angola manu militari, atterrissent sans défense,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.