Burkina Faso: François Compaoré devrait savoir le 5 décembre s'il est extradé au pays

François Compaoré,

François Compaoré, le frère de l'ex-président Blaise Compaoré, devra encore patienter avant de savoir si la justice française accepte son extradition, réclamée par le Burkina Faso. En juin, la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris avait demandé à la justice du Burkina Faso de lui fournir des éléments matériels et précis prouvant l'implication de François Compaoré. Le pays s'est plié à cette demande, ce qui a conduit finalement à un nouveau report.

Les juges veulent prendre le temps d'examiner les éléments complémentaires apportés par Ouagadougou, qui souhaite poursuivre François Compaoré pour « incitation à l'assassinat » du journaliste Norbert Zongo et ses compagnons, en 1998. Il s'agit d'éléments sur les armes utilisées, sur des membres du régiment de sécurité présidentielle, mais surtout de très nombreux témoignages comme l'a souligné une juge en début d'audience.

Dans ses réquisitions, en tout cas, l'avocat général a pour sa part émis un avis favorable à l'extradition de François Compaoré. Même si la « chambre d'instruction n'est pas obligée de suivre les réquisitions », maitre Anta Guissé, l'une des avocates de l'Etat burkinabè est « ravie » du déroulé de cette première étape. Elle se réjouit que les réquisitions aient « été extrêmement fouillées [... ], extrêmement circonstanciées, extrêmement motivées ».

De son côté, maitre Pierre Olivier Sur, l'avocat de François Compaoré a dénoncé ce qu'il juge être un faux en écriture de la part d'un juge d'instruction burkinabè, mais surtout un « procès politique » et des manœuvres pour que la France accepte l'extradition.

Il affirme que si le prévenu était « un personnage lambda », le Burkina n'aurait pas « aboli la peine de mort, tenté de ratifier un nouveau traité de coopération judiciaire avec la France, modifié son code pénal, modifié le code de procédure pénale » pendant l'année qu'a duré la procédure d'extradition.

Dernier à s'exprimer devant les juges, François Compaoré a lui aussi évoqué des motivations politiques, affirmant avoir été choqué comme tous par l'assassinat de Norbert Zongo, mais n'avoir incité personne à le faire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.