4 Octobre 2018

Ile Maurice: La prison pour ceux qui mettent en doute les données du gouvernement

En juin, lors des débats budgétaires, Paul Bérenger accusait le Premier ministre d'avoir manipulé certains indicateurs macroéconomiques, dont la dette publique. Et aussi d'en avoir manipulé d'autres, comme la croissance économique et le déficit budgétaire. En Tanzanie, pour de tels propos, le leader du MMM risquerait la prison...

Le gouvernement tanzanien vient, en effet, d'approuver une loi qui criminalise la collecte et la diffusion de données sans l'aval du National Bureau of Statistics de la Tanzanie. Surtout, elle interdit à quiconque de remettre en question les statistiques officielles du gouvernement tanzanien à travers la publication de données dont l'objectif est de les invalider ou les discréditer.

Les contrevenants s'exposent à une amende de 4 400 dollars, ainsi qu'à une peine de prison de trois ans.

Du côté de l'opposition tanzanienne, cette loi est considérée comme un moyen pour le gouvernement de bâillonner tous ceux qui remettent en question ses réalisations sur le plan économique.

Cette loi inquiète également la Banque mondiale, qui estime que celle-ci portera atteinte au développement économique du pays. «ll est d'importance capitale que la Tanzanie, comme n'importe quel pays, utilise la loi pour s'assurer de la qualité et de la fiabilité des informations statistiques officielles.»

Et la Banque mondiale d'insister sur le fait que les autorités doivent «veiller à la transparence dans l'utilisation des statistiques dans l'intérêt de la population».

Ile Maurice

Rodrigues-Culture - Lancement du projet de Diksioner Kreol Rodrige

L'Assemblée Régionale de Rodrigues, par le biais de la Commission des Arts et de la Culture, en… Plus »

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.