5 Octobre 2018

Congo-Kinshasa: Machine à voter et fichier électoral - Dialogue de sourds entre la CENI et l'Opposition

On a assisté, hier jeudi 04 octobre 2018, à un véritable dialogue de sourds entre la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) et l'Opposition, lors du premier choc frontal entre le président de la centrale électorale et les 21 candidats retenus pour la présidentielle du 23 décembre 2018 ou leurs délégués.

Au finish, aucun compromis n'a été trouvé sur les questions qui fâchent, notamment la machine à voter, le nettoyage du fichier électoral, la présence des observateurs internationaux aux scrutins, le remplacement du délégué de l'UDPS à la CENI, le financement des élections, la sécurisation du processus électoral et des candidats, etc ... .

Après 4 heures d'échange infructueux, de 12 à 16 heures entre deux parties, les 4 candidats de l'aile dure de l'Opposition, à Martin Fayulu, Vital Kamerhe, Freddy Matungulu et Félix Tshisekedi,

représenté par Jacquemain Shabani, ont craché leur amertume sur place publique.

Pour matérialiser leur désaccord avec le président de la CENI, ont refusé de s'afficher avec lui, devant les caméras des et les photographes, à l'issue de la concertation.

Dans une déclaration lue par Jacquemain Shabani, ils portent à connaissance de l'opinion tant nationale qu'internationale que réponses fournies par Corneille Nangaa, n'ont pas rencontré préoccupations.

Imperturbables sur leurs deux principaux préalables à la tenue scrutins, notamment la non utilisation de la machine à voter et nettoyage du fichier électoral, les candidats de l'Opposition placé le président de la centrale électorale devant responsabilités.

Selon eux, la CENI porterait seule la responsabilité en cas de la tenue d'élections libres, transparentes, inclusives et apaisées le décembre 2018 et du vide qui s'installerait au niveau des de la République.

Il y a lieu de signaler que le dauphin de Joseph Kabila et du FCC (Front Commun pour le Congo) à la magistrature suprême,

Emmanuel Ramazani Shadari, présent à cette réunion, s'est refusé tout commentaire devant les chevaliers de la plume qui ont tenté lui arracher une petite déclaration. Son silence a été interprété, d'aucuns, comme son adhésion totale au schéma de la CENI d' les élections avec la machine à voter, sans un nouveau nettoyage fichier électoral.

Le président de la CENI a confirmé dans une brève déclaration, tenue des élections le 23 décembre. Mais, il a esquivé les des journalistes relatives aux sujets qui empoisonnent le électoral, notamment la machine à voter et le non nettoyage du électoral.

Content de cette rencontre avec les différents candidats de la République, Corneille Nangaa s'est exprimé en ces termes : « ... .

C'est une très bonne réunion. Le 23 décembre, nous devons avoir élections. Ainsi les acteurs, même les candidats, ont salué d'abord fait que le processus évolue. En plus de ça, ils ont certaines préoccupations, concernant certaines questions techniques. cet effet, une commission technique sera mise en place et commission devra permettre d'approfondir ces questions, le tout, le but de concilier les impératifs techniques dans le but qu'il y des élections le 23 décembre 2018 ».

Théodore Ngoy, candidat à la présidentielle, a pour sa part déclaré :

« Avec ces rencontres, nous espérons que nous aurons des avancées.

Parce que le but, c'est d'aller aux élections de manière apaisée, les conditions du respect de la transparence, de la démocratique et de la crédibilité des élections ».

Congo-Kinshasa

Expulsés d'Angola, des Congolais plongés dans la misère au Kwango

Depuis le mois d'octobre 2018, des milliers des Congolais, de l'Angola manu militari, atterrissent sans défense,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.