8 Octobre 2018

Algérie: Les commerçants des camps de Tindouf menacent d'installer un Gdim Izik à la frontière algéro-mauritanienne

Il a suffi de quelques jours pour que les commerçants des camps de Tindouf s'insurgent contre l'ouverture du poste frontalier entre leur pays d'accueil et son voisin du Sud. Alors qu'ils avaient accueilli favorablement l'ouverture du passage Tindouf-Zouerate, il ont été pris entre les feux des douanes mauritanienne et algérienne qui les considèrent comme des concurrents plus que jamais indésirables.

Ainsi, la douane algérienne a-t-elle durci les mesures de contrôle sur les véhicules appartenant à des commerçants sahraouis des camps de Tindouf. Désormais, chaque camion transportant des marchandises souhaitant quitter le territoire algérien en direction de la Mauritanie est contraint d'attendre un mois avant de pouvoir y entrer. Pour les propriétaires de véhicules utilitaires, munis de l'autorisation de sortie émise par la direction du Front, le délai est d'une semaine.

Ces décisions ont suscité la colère des commerçants des camps, indique le site Futurosahara. C'est la déception pour ceux qui croyaient que le passage frontalier Tindouf-Zouerate, inauguré il y a quelques semaines, allait booster leurs activités commerciales avec la Mauritanie. Et comme pour exprimer sa solidarité avec la décision algérienne, la Mauritanie a commencé début octobre à imposer des taxes aux Sahraouis traversant les passages de Bir Mogreine et Zouerate.

Pris entre deux feux, les commerçants des camps menacent d'installer un campement de fortune sur la frontière algéro-mauritanienne, genre «Gdim Izik», pour «défendre la dignité des Sahraouis», indique ladite publication.

En octobre 2014, l'arrestation par la douane algérienne de négociants sahraouis et la confiscation de leurs marchandises, sous prétexte de lutte contre la contrebande, avaient été à l'origine de contestations massives dans les camps de Tindouf, au point de contraindre Mohamed Abdelaziz à fuir ses bureaux de Rabouni.

Ce nouveau tour de vis opéré simultanément par Alger et Nouakchott n'a épargné personne y compris la soi-disant armée du Polisario. Le 1er octobre, une unité de cette milice qui revenait de la localité de Dougj a été interdite de passer la frontière par les autorités algériennes, relève le site. Il a fallu attendre 24 heures pour qu'elle parvienne à entrer en Algérie.

Le contrôle de l'activité commerciale des Sahraouis des camps est d'une importance capitale pour l'Algérie et la direction du Front. Par le passé, le Polisario avait, sous l'ère de Mohamed Abdelaziz, mis en place un dispositif juridique lui permettant de maintenir son emprise sur le négoce avec des cartes de commerçant valables seulement une année et moyennant le paiement à la «douane» du Front de 600 dinars algériens (4,39 euros).

Algérie

Le FLN exige la démission de son président

En Algérie, c'est la crise au Parlement. L'Assemblée populaire nationale, qui comprend 462… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.