Afrique du Sud: Le ministre des Finances Nhlanhla Nene sur la sellette

Photo: GCIS
Nhlanhla Nene, ministre des finances

En Afrique du Sud, les appels à la démission du ministre des Finances, Nhlanhla Nene, se multiplient, et ce après que celui-ci a admis avoir rencontré les Gupta, une famille de riches hommes d'affaires - proches de l'ex-président Jacob Zuma - et accusée d'avoir détourné des fonds publics et manipulé la vie politique sud-africaine pendant des années.

Une partie de l'opposition a appelé à la démission de Nene. Selon un quotidien sud-africain, celui-ci aurait demandé au chef de l'Etat de le relever de ses fonctions.

Nhlanhla Nene est sur la sellette. Celui qui il y a encore peu était applaudi pour avoir tenu tête à l'ancien président Jacob Zuma est désormais accusé d'avoir menti sur ses liens avec la famille Gupta.

Lors de son audition la semaine dernière par la commission d'enquête sur la corruption au sommet de l'État, Nene a raconté avoir été limogé par Jacob Zuma il y a trois ans pour s'être opposé à plusieurs grands projets qui allaient bénéficier à la famille Gupta, mais le ministre des Finances a également dû admettre s'être rendu à plusieurs reprises à leur domicile, contredisant ainsi une déclaration précédente.

La crédibilité de Ramaphosa en jeu

L'opposition a appelé à sa démission, l'accusant d'avoir entretenu des liens suspects avec les Gupta. Notamment le parti radical de Julius Malema qui a menacé de descendre dans la rue.

Pour le président Cyril Ramaphosa, le choix est difficile. Nene est un allié dans sa lutte contre la corruption, mais s'il ne le limoge pas, estime plusieurs analystes économiques, le chef de l'Etat perdra de sa crédibilité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.