8 Octobre 2018

Cote d'Ivoire: Sécurité alimentaire - Réflexion autour de la valorisation des produits forestiers non ligneux

La cola, les graines de brousse, le beurre de karité, les feuilles, le rotin, la cola de brousse... Tous ces produits d'origine biologique (autres que le bois dur), tirés des forêts, et utilisés de façon informelle, étaient au centre d'un atelier de réflexion, organisé le 4 octobre dernier, dans ses locaux, par le ministère de l'intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur.

L'atelier, qui a réuni une trentaine de participants, issus de divers ministères et organismes nationaux et internationaux, s'inscrivait dans le cadre de la célébration de la 33e journée du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (Cilss).

Il s'agissait pour les participants de réfléchir à la valorisation de ces denrées, appelées « produits forestiers non ligneux » ou « produits forestiers autres que le bois », ou encore « produits forestiers secondaires ».

Le thème retenu pour l'occasion est : « L'importance des produits forestiers non ligneux dans le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des moyens d'existence des ménages vulnérables au sahel et en Afrique de l'Ouest ».

Le ministre Ally Coulibaly, président du Comité de pilotage du comité National Cilss en Côte d'Ivoire, était représenté par son directeur de cabinet adjoint, Stéphane Aka Anghui. Celui-ci a indiqué dans son discours d'ouverture, que la valorisation des produits forestiers non ligneux, est devenue une nécessité.

Dans un contexte où l'évaluation des contributions sectorielles à la formation des richesses nationales, constitue un critère pertinent pour leur prise en compte dans les politiques et stratégies de développement des Etats.

« Ce secteur étant mal organisé, les acteurs paraissent mal connus et l'apport de ces produits semble être ignoré ou méconnu. Car, les statistiques sur les volumes transigés et consommés sont irrégulières et quasi inexistantes », a-t-il déploré.

Il a aussi ajouté que pendant longtemps, les produits forestiers non ligneux n'ont pas été suffisamment pris en compte dans le Pib, occultant ainsi leur rôle dans l'équilibre économique des pays et des populations.

« Notre réflexion de ce jour a donc, pour objectif de renforcer ou plutôt, de poser les bases de la valorisation de ces produits, pour leur prise en compte dans la chaîne des valeurs des produits à forte valeur économique.

Nos échanges porteront notamment sur leur utilisation en Côte d'Ivoire », a-t-il souligné. Tout en espérant que les conclusions de ces travaux permettront de renverser la tendance et « redorer le blason tant méconnu de la valeur des produits forestiers non ligneux ».

Le directeur de cabinet adjoint du ministre Ally Coulibaly a également indiqué que les produits forestiers non ligneux représentent une source de revenu, car ils sont un véritable moyen d'existence pour les ménages au plan économique.

Ils procurent aux populations rurales, des moyens de subsistance, des revenus additionnels, des emplois et contribuent à l'amélioration de leur santé.

Cote d'Ivoire

Mali - Arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan

«Adama Konaté, 31 ans originaire de Yira Dioubasso au Burkina, tout comme son frère Kassim… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.