8 Octobre 2018

Afrique: Trait de Plume - Francophonie : duel féminin au sommet !

Photo: allafrica.com
Le Sommet de la francophonie prévue se tenir, les 11 et 12 octobre 2018, à Erevan en Arménie, connaîtra l’élection de la prochaine Secrétaire générale (SG) de la Francophonie. Deux prétendantes, la Rwandaise Louise Mushikiwabo et la Canadienne Michaëlle Jean

Qui sera le prochain Secrétaire général (SG) de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) ? C'est la question, que se posent bien de personnes depuis quelques temps au sein de l'espace francophone. Mais il ne reste plus que trois jours pour que les intéressés soient situés sur la réponse. En effet, c'est à l'occasion du XVIIe sommet de l'organisation, qui se tiendra les 11 et 12 octobre 2018 à Erevan en Arménie, que le nom du nouveau SG de l'OIF sera dévoilé.

Dans la course au fauteuil, deux femmes aux caractères bien trempés et aux personnalités bien bâties, à savoir la secrétaire générale sortante, Michaëlle Jean et sa rivale, Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères du Rwanda depuis près d'une dizaine d'années. Mais quels sont les atouts et les chances de chacune des deux candidates à ce poste très convoité ? C'est à un tel exercice, que nous allons nous prêter à quelques heures de l'ouverture officielle du Sommet. Et cela, à travers un tour d'horizon des points forts et faibles des prétendantes.

Candidate à sa propre succession, Michaëlle Jean, 60 ans, est une diplomate, journaliste et femme d'Etat canadienne, d'origine haïtienne, qui a occupé le poste de gouverneure générale de son pays, le Canada, de 2005 à 2010, avant de devenir SG de l'OIF en 2014. Comme atout majeur, elle a un « excellent » bilan et une « vision stratégique » de la Francophonie, reconnue et saluée par tous.

Depuis son arrivée à la tête de l'institution, la candidate qui espère un second mandat, a œuvré à faire de l'OIF, un acteur incontournable sur l'échiquier mondial, grâce aux nombreux accords de coopération conclus avec l'Organisation des Nations unies (ONU), l'Union africaine (UA) et l'Union européenne (UE).

Ainsi, la Francophonie est devenue aujourd'hui, un outil diplomatique dont se servent les pays-membres notamment les Etats africains, pour se faire entendre et se montrer plus efficaces par l'usage de la langue française lors de négociations avec les grands bailleurs internationaux tels que le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale ou l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La création du nouvel Institut de la francophonie pour l'éducation et la formation à Dakar, avec pour objectif d'élargir l'accès à l'éducation et à la Francophonie en Afrique, est à mettre également à l'actif de la canadienne. Si a priori, face à une adversaire avec un bilan aussi impressionnant, la ministre rwandaise, part sur des faveurs diminuées, il est à noter que sa candidature est soutenue par la France.

Toute chose, qui pourrait peser dans la balance lors des discussions sur le choix de la patronne de la diplomatie du Rwanda. Agée de 58 ans, Louise Mushikiwabo, très proche du président Paul Kagamé, est à la tête de la diplomatie de son pays depuis 2009. A ce titre, elle jouit d'une riche expérience et dispose de plusieurs entrées à travers le monde.

Sa candidature s'inscrit dans la dynamique de rapprochement, entre la France et le Rwanda, prônée par le président Emmanuel Macron. L'autre atout à ne pas négliger, qui pourrait jouer en faveur de la candidate noire, est le consensus auquel les Etats de l'UA sont parvenus, faisant bloc derrière elle. Mais hormis ces supputations, nous demeurons dans un contexte d'élection où certains paramètres peuvent nous échapper.

En tous les cas, le duel s'annonce très offensif, en témoignent les dernières tractations constatées dans les coulisses, lors de la dernière Assemblée générale de l'ONU en fin septembre dernier. Toutes deux présentes, Michaëlle Jean et Louise Mushikiwabo ont saisi l'occasion de cette rencontre de haut niveau pour tester leurs cotes de popularité et évaluer l'étendue de leurs soutiens dans les 54 Etats-membres de l'OIF.

En savoir plus

Francophonie - Canada renouvelle son soutien à Michaëlle Jean et plaide pour des valeurs démocratiques

Les délégations représentant les quatre gouvernements du Canada membres de l'Organisation… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.