Afrique Australe: L'Erythrée et Djibouti doivent aussi régler leur conflit frontalier

Il y a un mois, Erythrée et Djibouti réalisaient un pas inédit vers la paix. Les ministres des Affaires étrangères érythréen et djiboutien s'étaient rencontrés face à face. Un réchauffement spectaculaire entre deux nations en conflit frontalier pour la région frontalière de Ras Doumeira. Médiateur de la crise, le Qatar a retiré ses troupes de la zone tampon il y a plus d'un an. L'armée érythréenne avait alors pris le contrôle du secteur.

Dans la crise entre l'Erythrée et Djibouti, on avance à pas comptés. Le Premier ministre djiboutien parle d'une bonne volonté commune. Selon Abdoulkader Kamil Mohamed, « des commissions seront mises en place pour aplanir les différends et faire des propositions acceptables pour les deux pays. »

Le conflit frontalier va devoir être réglé. Or il y a encore quelques mois, Djibouti accusait son voisin de violer les décisions internationales et de mener des opérations de déstabilisation sur son territoire.

Mais aujourd'hui, la rhétorique a changé. Le chef du gouvernement djiboutien se dit optimiste, ajoutant même que les évolutions récentes « aboutiront à une normalisation entre les deux voisins. » Retourner devant les tribunaux n'est pas d'actualité. Djibouti prône le dialogue, notamment grâce à la médiation de l'Arabie saoudite, de l'Ethiopie et la Somalie.

Abdoulkader Kamil Mohamed rappelle toutefois « le sacro-saint principe de l'intangibilité des frontières héritées de la décolonisation ». Sous-entendu, Ras Doumeira est bien en territoire djiboutien.

Djibouti accuse également l'Erythrée de détenir 13 de ses militaires. Or Asmara ne reconnaît pas l'existence de ces prisonniers. « Il faudra lever cet obstacle si on veut normaliser nos relations. Ce point sensible doit être traité minutieusement par les commissions conjointes », conclut le Premier ministre avec prudence.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.