11 Octobre 2018

Cameroun: Observation de l'élection - Une ONG Camerounaise donne du crédit au processus d'organisation

Après le scandale des faux observateurs de Transparency International rattrapé dans leur manipulation par la Directrice General de cet organe international crédible, la Ligue Camerounaise des Droits de l'Homme, la Démocratie et la Gouvernance (LICAM-DH) réaffirme le fait que le scrutin du 7 Octobre 2018 s'est bien déroulé.

Lors d'un point de presse dans lequel aucune question ne devait être posée, le Président National FOE AMOUGOU Gérôme a déroulé des félicitations à l'ensemble des membres du processus qui aurait selon lui permis un scrutin calme et inédit. D'après le Président national, « Conformément à la loi électorale, le début du scrutin a été ouvert à 18h, aucune intimidation n'a été faite aux électeurs, la distribution des bulletins a été correcte, les opérations se sont déroulées dans l'ordre et le calme et la procédure a respecté le secret du vote ». Mais comme mauvaise note, la LICAM-DH attribue à l'opposition son incapacité vérifiée à n'avoir pas posté des représentants dans tous les bureaux de vote et que plusieurs commissions locales n'étaient pas formées avec tous les membres à savoir 11.

Ayant eu l'autorisation du MINAT pour se déployer dans plusieurs régions du Cameroun, la LICAM-DH affirme avoir mené des opérations d'observation dans 8 régions à savoir le Centre, Littoral, Adamaoua, Sud, Est, Extrême-Nord, Nord et Nord-Ouest pour un total de 54 observateurs.

Allant très loin dans l'observation, la LICAM-DH fustigera certains candidats encore en lice des partis de l'opposition en estimant qu'ils voient en toute élection un mal de fraude et regardent en tout dépouillement un vol noir de victoire. Tous prétextes qui recherchent une propagation de fausses nouvelles, l'initiation de fausses réclamations, un projet de déstabilisation du pays, des appels à la révolte et la rébellion des âmes fragiles ainsi que le non-respect de la loi.

Cameroun

L'administration interdit la manifestation du 21 octobre du député Jean Michel Nintcheu

Le contraire aurait surpris, il fallait s'y attendre. "Au Cameroun les libertés de manifestations ne sont… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.