11 Octobre 2018

Afrique: La CEA et ses partenaires réitèrent leur soutien à la quête de développement inclusif et résilient au changement climatique de l'Afrique

communiqué de presse

Nairobi, Kenya, le 10 octobre 2018 (CEA) - La 7 ème  Conférence sur le changement climatique et le développement en Afrique (CCDA - VII) a débuté ce mercredi, à Nairobi avec la Commission de l’Union africaine (CUA), la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et la Banque africaine de développement (BAD) s’engageant à continuer à œuvrer ensemble pour un développement de l’Afrique, durable, inclusif et résilient au changement climatique.

Des orateurs d’institutions panafricaines déclarent qu’ils continuent à travailler avec les États membres, les partenaires et les parties prenantes dans leurs efforts pour influencer, renforcer et faciliter la transition vers un développement résilient au climat en Afrique par le biais de politiques, de plans et de programmes réactifs axés sur la construction d’économies transformées et d’écosystèmes sains sur le continent.

M. James Murombedzi, Responsable du Centre africain pour la politique en matière de climat, à la Commission économique pour l’Afrique, dit que l’urgence d’aboutir à une économie résiliente au changement climatique à faibles émissions de carbone est encore plus grande après le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Le rapport signale qu’il n’y a que douze ans pour que le réchauffement planétaire soit maintenu à un maximum de 1,5° C, au-delà duquel même un demi-degré aggraverait considérablement les risques de sécheresse, d’inondations, de chaleur extrême et de pauvreté pour des millions de personnes dans le monde.

Mais le rapport conclut que « les émissions anthropiques jusqu’à présent sont peu susceptibles de provoquer un réchauffement supplémentaire de plus de 0,5° C au cours des deux ou trois prochaines décennies ou dans un siècle ».

« Cela signifie qu’il existe une chance pour un système climatique stable qui permette un développement durable, mais seulement si nous parvenons à stopper les émissions dans les délais prévus », dit M. Murombedzi.

« Le monde est ainsi donc confronté à deux défis. Le premier concerne l’endiguement des émissions et la garantie d’une transition organisée vers un avenir neutre en carbone dans les meilleurs délais. Et le second, la restructuration de nos économies pour assurer un développement durable sans émissions supplémentaires ».

Il indique qu’il a été démontré que pour relever ces défis, il y existe des opportunités à exploiter.

Pour sa part, James Kinyangi de la BAD et du Fonds ClimDev, précise que le plan de changement d’action pour le climat de la Banque pour la période 2016-2020 est ambitieux. Ce dernier explore les modalités de réalisation de l’adaptation, l’adéquation et l’efficacité du financement de la lutte contre le changement climatique, du renforcement des capacités et du transfert de technologie, afin de permettre aux économies africaines de réaliser leur plein potentiel d’adaptation dans les secteurs de haute technologie.

Dans le cadre de ce plan, la Banque, qui abrite le Fonds spécial ClimDev Afrique, va presque tripler son financement annuel pour le climat, pour atteindre les 5 milliards de dollars par an d’ici 2020.

M. Kinyangu réaffirme l’engagement de la Banque de continuer à œuvrer avec les pays africains et ses partenaires pour renforcer les partenariats et les investissements permettant de faire face aux effets du changement climatique.

Pour sa part, la représentante de la Commissaire à l’économie rurale et à l’agriculture de la CUA, M me  Olushola Olayide, mentionne que la CUA travaille avec ses partenaires pour améliorer l’application des services d’information climatologique au renforcement de la résilience sur le continent.

« L’objectif principal est de renforcer le cadre de connaissances et de favoriser les partenariats entre les institutions gouvernementales, le secteur privé, la société civile et les communautés vulnérables pour des décisions tenant compte du climat », ajoute-t-elle.

M. Mithika Mwenda, Secrétaire général de l’Alliance panafricaine pour la justice climatique (PACJA), informe que les Organisations de la société civile cherchent à collaborer avec les gouvernements du continent et sont disposées à offrir leur soutien alors que l’Afrique cherche des moyens internes d’atténuer les effets du changement climatique.

Il avise que la montée du « mouvement d’extrême droite nationaliste et négationniste du climat » en Occident est un signe du durcissement des positions sur l’inaction potentielle de ceux qui sont largement responsables des problèmes climatiques dans le monde.

« Nos dirigeants, qui ont la clé pour la mise en œuvre effective de l’Accord de Paris, doivent rester concentrés et résister aux tentatives visant à disperser la voix africaine unifiée pour priver le continent d’un marché solide dans la conception du règlement de Paris », déclare M. Mwenda.

Environ 700 participants, dont des chercheurs, des décideurs, des parlementaires, des responsables gouvernementaux, des représentants de banques de développement multilatérales, d’agences intergouvernementales, de partenaires de développement, du monde universitaire, du secteur privé, de la société civile, des jeunes, des femmes et des médias, assistent à la conférence sur le thème, « Politiques et actions pour la mise en œuvre effective de l’Accord de Paris pour des économies résilientes en Afrique ».

Le CCDA est une initiative de l’Initiative ClimDev-Afrique, un programme tripartite de la CUA, de la BAD et de la CEA. Il a été conçu comme un lieu de dialogue physique destiné à promouvoir l’interaction entre la science et les politiques sur des questions relatives au lien entre le changement climatique et le développement.

Publié par:

Section de la communication
Commission économique pour l’Afrique
B.P. 3001
Addis-Abeba
Éthiopie
Tél : +251 11 551 5826
Email :  ecainfo@uneca.org

Afrique

IATF - La Banque africaine envisage de tenir un forum en Angola

La Banque Africaine des Exportations et Importations (Afreximbank) envisage de réaliser en avril 2019 en Angola,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 United Nations Economic Commission for Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.